Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Indre-et-Loire : l'Abbaye de la Clarté-Dieu à Saint-Paterne-Racan retenue pour le premier loto du Patrimoine

vendredi 30 mars 2018 à 5:31 Par Marie-Ange Lescure, France Bleu Touraine

L’abbaye Notre-Dame de la Clarté-Dieu à Saint-Paterne-Racan est l'un des deux monuments retenus pour le premier loto du Patrimoine qui aura lieu en septembre prochain lors des journées européennes du patrimoine.

Une partie des batiments de l'Abbaye de la Clarté-Dieu à Saint-Paterne-Racan
Une partie des batiments de l'Abbaye de la Clarté-Dieu à Saint-Paterne-Racan - @Moussette

Saint-Paterne-Racan, Indre-et-Loire, France

L'abbaye a été fondée en 1240 par les moines de l'abbaye de Cîteaux.  Comme la tradition cistercienne le prescrivait, c'est un groupe de douze moines (en référence aux douze apôtres du Christ) qui vient fonder l'abbaye.

Les bâtiments souffrent beaucoup des ravages de la Guerre de Cent Ans. L'abbaye est pille et brûlée en 1364.  Elle est partiellement rebâtie aux XVII et XVIII siècles. Mais l'abbaye périclite : elle  ne compte que  4 moines à la veille de la Révolution.

Une abbaye déjà mise en péril par l'Histoire

Après la Révolution française, l'Abbaye est vendue comme bien national. Sous ces divers propriétaires, elle est peu à peu détruite et ses matériaux réutilisés pour la construction de maisons des alentours. Sont épargnés le bâtiment des convers, le réfectoire et le pavillon du prieur : ils sont utilisés en tant qu'exploitation agricole.  Au début du XXe siècle, l'abbaye bénéficie de certaines protections au titre des monuments historiques : un inscription en 2006 pour sa chapelle des étrangers et d'un classement en 2011 pour l'enclos monastique.

C'est au coucher du soleil en 2002 que Julita et Patrick Moussette ont découvert l'Abbaye et en sont immédiatement tombés amoureux  - Aucun(e)
C'est au coucher du soleil en 2002 que Julita et Patrick Moussette ont découvert l'Abbaye et en sont immédiatement tombés amoureux - @Moussette

Un couple de passionnés candidats au loto du Patrimoine 

Au début des années 2000, Julita la sculptrice et Patrick Moussette l'ébéniste d'art cherchaient dans la région une grande maison pour accueillir leurs enfants et petits-enfants et installer leurs ateliers. Des amis les ont conduit au soleil couchant à la Clarté-Dieu. Comme le raconte Patrick "Le coup de foudre fut immédiat, on ne savait pas trop ce qu'étaient ces bâtiments, on voyait des ronces qui grimpaient le long des murs, c'est beau les ronces" dit-il en riant ! 

Et les deux passionnés ont commencé à dégager les ronces, ont fait apparaître les premiers murs, mais surtout se sont aménagés dans une partie des bâtiments du XIIIème siècle, une maison d'habitation. 

C'est Julita qui a posé la candidature de l'Abbaye sur le site du Ministère de la Culture en soulignant l'urgence de restaurer une très belle charpente datée de 1274-1275 et qui menace de s'effondrer. 

La charpente du XIIIème siècle menace de s'effondrer - Radio France
La charpente du XIIIème siècle menace de s'effondrer © Radio France - Marie-Ange Lescure

Autre partie en grand danger, une salle de réfectoire dont il subsiste seulement une partie soutenue par des chapiteaux et surtout par des étais. 

Pour ces travaux, Julita et Patrick Moussette pourraient se voir allouer 50 000 euros par les gains du Loto du Patrimoine en septembre prochain : une somme bienvenue mais insuffisante pour mener à bien les travaux. 

la salle de réfectoire est l'autre gros chantier  - Radio France
la salle de réfectoire est l'autre gros chantier © Radio France - Marie-Ange Lescure

Et pour le couple, "ni fortume, ni trésor, pas un rotin" dit Patrick "juste de la passion et se relever les manches chaque jour pendant 15 heures pour sauver cette Abbaye."

Le 14 septembre, les Français pourront participer à un tirage spécial : loto du patrimoine. Les organisateurs de cette opération espèrent récolter 15 à 20 millions d'euros. La moitié pour financer les travaux les plus urgents des sites emblématiques. Le reste sera réparti entre plusieurs dizaines de lieux. Cette aide bienvenue mais insuffisante pourrait permettre d'attirer des subventions publiques et des mécènes privés.

La liste des sites présélectionnés en Région Centre-Val-de-Loire : 

Le Château de Châtillon-sur-Indre,  la Seigneurie d’Alleray à Choue, l'Abbatiale de l’abbaye d’Aiguevive à Faverolles-sur-Cher, l'Eglise Saint-Bathélémy à la Ville-aux-Clercs, la Porte de Champagne à Levroux, les Ruines du cloître de l’abbaye cistercienne de Fontmorigny à Menetou-Couture, l'Abbaye de Loroy  à Méry-lès-Bois, l'Église Notre-Dame à Rigny-Ussé, l'Église Saint-Martin à Rouvres, le Temple de l’Amour à Saint-Maurice-Saint-Germain, l'Abbaye de la Clarté-Dieu à Saint-Paterne-Racan, la Briqueterie de Saint-Piat, l'Église abbatiale de Thiron-Gardais, le Château de Villesavin à Tour-en-Sologne.