Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Crue de l'Adour : le jardin de la Petite Escalère et ses œuvres de Miro et Rodin ferme définitivement

-
Par , France Bleu Gascogne, France Bleu Pays Basque

Aux confins des Landes et du Pays Basque, c'était un jardin secret, rempli d’œuvres d'art. La Petite Escalère à Saint-Laurent-de-Gosse a fermé définitivement au printemps. Les sculptures monumentales, signées Rodin, Miro ou Fernand Léger, sont vendues aux enchères ce jeudi, à Paris, chez Christie's.

 D'après Fernand Léger - Les femmes au Perroquet
D'après Fernand Léger - Les femmes au Perroquet - ©Christie’s Images Ltd, 2020

Une quarantaine de sculptures monumentales en vente chez Christie's, ce jeudi. Des oeuvres de Miro, Fernand Léger, Aristide Maillol, Auguste Rodin ou encore Niki de Saint Phalle, installées jusqu'au printemps dernier aux confins des Landes et du Pays Basque, dans le jardin de la Petite Escalère. Un jardin imaginé par Paul Haim, marchand et collectionneur d'art, installé à Saint-Laurent-de-Gosse, dans les années 60 avec sa femme, Jeannette Leroy, et un jardinier : Gilbert Carty, et dont la fille Dominique s'occupe depuis la mort de son père en 2006. 

Le jardin et sa collection ont été mis à disposition de l’association "Les Amis de La Petite Escalère" en 2012, dans le but de favoriser l’éducation culturelle et artistique pour des personnes fragilisées,  scolaires et étudiants, mais aussi pour soutenir la création artistique contemporaine, préserver et valoriser le patrimoine culturel et naturel du site.  

Les crues de l'Adour ont eu raison du jardin

Mais, ce jardin, situé sur les barthes de l'Adour, est régulièrement inondé. Sous trois mètres d'eau en décembre dernier, lors de la dernière crue importante de l'Adour. Des crues à répétition qui fragilisent le terrain, devenu souvent impraticable, et endommage les sculptures. Les visites devenaient de plus en plus compliquées et aléatoire à organiser. 

Face à cette situation, décision a été prise par la propriétaire de fermer le jardin, de déplacer les sculptures pour les mettre à l'abri et d'en vendre une partie.   

Choix de la station

À venir dansDanssecondess