Culture – Loisirs

INVITÉ - Aurélien Ducroz, freerider et navigateur : "Le Vendée Globe c'est une course qui me fait rêver"

Par Bleuette Dupin, France Bleu Pays de Savoie jeudi 19 janvier 2017 à 9:08

"C'est une course qui me fait rêver", dit Aurélien Ducroz qui souhaite être au départ du Vendée Globe 2020
"C'est une course qui me fait rêver", dit Aurélien Ducroz qui souhaite être au départ du Vendée Globe 2020 © Maxppp - Norbet Falco

Il fera tout pour être au départ du Vendée Globe 2020. En attendant, le Chamoniard double-champion du monde de freeride et navigateur Aurélien Ducroz a rêvé en regardant les skippers du Vendée Globe autour du monde et l'incroyable duel entre le Breton Armel Le Cléac'h et le Gallois, Alex Thomson.

A quelques heures de l'arrivée du vainqueur du Vendée Globe 2017 au Sables-d'Olonne (Vendée), le double-champion du monde de freeride et skipper depuis 2010 Aurélien Ducroz suit depuis Chamonix la performance du Breton Armel Le Cléac'h et du Gallois Alex Thomson. Le premier est attendu aux Sables-d'Olonne aux environs de 18 heures ce jeudi et, sauf avarie de dernière minute, c'est le Breton qui devrait s'imposer. En 2012 il était arrivé un peu moins de quatre heures après le vainqueur François Gabart. Cette fois c'est Alex Thomson qui est attendu quatre heures après. Les deux skippers ont déjà battu le record de ce tour du monde à la voile en solitaire de plus de quatre jours.

"L'écart entre Le Cléac'h et Thomson, c'est 0,1 centième sur une course de ski"
— Aurélien Ducroz

Aurélien Ducroz, qui a notamment terminé quatrième de la transat Jacques Vabre en 2013, rend hommage à "ces marins qui se préparent de mieux en mieux, qui ont de plus en plus d'expérience autour du monde et à ces machines qui sont devenues remarquables et extrêmement rapides. Ça se joue à peu de chose, c'est 0,1 centième sur une course de ski. " Le Chamoniard ne réussit pas à les départager.

En quête de deux millions d'euros de financements pour préparer le Vendée Globe 2020

Prendre le départ du Vendée Globe 2020 est toujours d'actualité, pour Aurélien Ducroz qui est à la recherche de financement "pour être le premier montagnard autour du monde. Reste quatre ans pour monter le projet. Ce qui était difficile au départ c'était de devenir crédible, de beaucoup naviguer. Doucement on y est a arrivé. Il reste le pas financier à franchir. Le budget nécessaire c'est environ deux millions d'euros sur quatre ans, c'est le prix du Vendée Globe. On passe la barre des dix millions si on veut le gagner". Aurélien Ducroz espère convaincre des sponsors montagnards.

D'ici 2020 le programme de courses de préparation est chargé: une transat en double en 2017 avec la Jacques Vabre, la route du monde en 2018, un tour du monde en double en 2019 et, le graal, l'"Everest des mers", le Vendée Globe dans trois ans.

Aurélien Ducroz, invité à 7h50