Infos

INVITÉ - Dante Desarthe vice-président de l'ARP "On veut défendre la diversité du cinéma"

Par Stéphanie Perenon et Stéphane Parry, France Bleu Bourgogne vendredi 21 octobre 2016 à 11:17

Dante Desarthe, le vice-président de l'ARP qui organise la 26e édition des Rencontres cinématographiques à Dijon
Dante Desarthe, le vice-président de l'ARP qui organise la 26e édition des Rencontres cinématographiques à Dijon © Maxppp - .

Les 26e Rencontres cinématographiques de l'ARP se déroulent à Dijon jusqu'au 22 octobre. La société des Auteurs-Réalisateurs-Producteurs y défend la diversité de tous les films. Dante Desarthe le vice-président s'en explique sur France Bleu Bourgogne.

Les 26e Rencontres cinématographiques de l'ARP se déroulent à Dijon jusquau 22 octobre. L'ARP , la société des Auteurs-Réalisateurs-Producteurs y défend tous les cinémas. Dante Desarthe le vice-président de l'ARP s'en explique sur France Bleu Bourgogne.

Stéphane Parry : Est-ce qu'on peut rappeler ce qu'est l'ARP ?

Dante Desarthe : "C'est une association créée il y a 26 ans par Claude Berri, un grand cinéaste et producteur, pour que les cinéastes prennent conscience qu'il faut défendre les intérêts du cinéma. car c'est un art à la fois populaire mais aussi une industrie, qui est fragile car elle doit toujours se défendre contre les marchands opposés à la culture.

On essaie surtout de réunir tous les cinémas, des plus populaires au plus pointus parce qu'on pense qu'on a une vraie fraternité, et quand on a une caméra et des acteurs on fait le même métier, qu'on ait des millions d'entrées ou très peu. C'est la volonté de l'ARP, on est conscient de ces enjeux."

Les auteurs sont-ils menacés par les nouvelles formes de diffusion, on pense à internet, aux chaines câblées ou encore la VOD ?

"Ce sont des produits dérivés , alors évidemment quand on fait du cinéma , on le fait pour la salle et le grand écran, et ça ce sont les exploitations secondaires et c'est bien pour financer nos films . Le gros problème c'est le piratage . Il faut que les gens, les jeunes en particulier, prennent conscience que la culture n'est pas gratuite. C'est tout l'enjeu."

Pourtant malgré ce message, les films en salle continuent de bien fonctionner avec une hausse de 4% des entrées, depuis le début de l’année , finalement le cinéma sur grand écran continue de vivre plutôt bien ?

"En fait ce n'est pas le cinéma qui est menacé mais la diversité des films car on laisse moins le temps au bouche à oreille, tout se concentre sur de moins en moins de projets et nous à l'ARP on veut continuer à défendre tous les films, pour continuer à faire exister toutes les formes de cinéma."

Partager sur :