Culture – Loisirs

Isère : des aveugles et mal-voyants au volant sur le circuit du Laquais

Par Céline Loizeau, France Bleu Isère mardi 23 août 2016 à 16:55

Les stagiaires, leurs accompagnants et les moniteurs de l'auto-école Yanic. Luc Costermans, qui a créée l'association, est 2e en partant de la droite.
Les stagiaires, leurs accompagnants et les moniteurs de l'auto-école Yanic. Luc Costermans, qui a créée l'association, est 2e en partant de la droite. © Radio France - Céline Loizeau

Depuis 2013, le circuit du Laquais accueille l'association drômoise "Les non-voyants et leurs drôles de machines" pour un stage de conduite. Pour l'édition 2016, c'était ce mardi 23 août au matin.

Pour la quatrième année consécutive, le circuit du Laquais sur la commune de Champier en Nord Isère, a accueilli ce mardi matin l'association drômoise "Les non-voyants et leurs drôles de machines". Cette association a été créée en 2006 par un Belge, Luc Costermans, deux ans après qu'il ait perdu la vue. Elle propose des initiations de parapentes, de quad, de scooters des mers et donc de la conduite à des aveugles et mal-voyants. Ce mardi matin, ils étaient donc 6 - 1 fille et 5 garçons - venus notamment de Lyon, du Nord Isère mais aussi de Belgique à pouvoir prendre le volant.

Il y a ceux qui retrouvent les joies de la conduite comme Nathalie. Elle ne conduit plus depuis ses 21 ans en raison d'une déficience visuelle. Mais là, elle aime sentir à nouveau les pneus sur le bitume, les vibrations du volant. "Ça permet de se dire que là, je suis comme les autres ; ce n'est pas que le côté défi de dire vous voyez nous aussi on peut faire ça".

Christophe a 57 ans et vient de Belgique. Cet ancien mécano a repris à conduire il y a quelques mois après une pause forcée d'environ 20 ans. Il a perdu la vue à 35 ans : "Retrouvez ce plaisir d'être libre de ses mouvements, c'est quelque chose de très gai".

Il y a aussi ceux qui n'ont jamais passé le permis comme Virgile, 34 ans, aveugle de naissance. Lors de sa première expérience sur la piste du Laquais en 2013, il n'avait pas franchi la barre des 40 km/h. Ce mardi, il a dépassé les 70. "Je progresse, j'en suis fier", dit-il sourire aux lèvres. Et de rappeler le rôle important que jouent les moniteurs d'auto-école qui les accompagnent chaque année. Ils leur disent s'il faut tourner le volant un peu plus vers la gauche ou un peu plus vers la droite. Et leur concentration doit être plus importante quand les élèves accélèrent.

"C'est une belle expérience pour nous aussi" selon Cathy Girault de l'auto-école Yanic, partenaire de l'association. Sans son aide et celle du circuit du Laquais, qui met la piste à disposition gratuitement, cette matinée ne pourrait pas avoir lieu.

En voiture....

Reportage en compagnie de Virgile, Nathalie, Christophe et Cathy.

Au volant, Virgile; à ses côtés, Cathy, monitrice auto-école. - Radio France
Au volant, Virgile; à ses côtés, Cathy, monitrice auto-école. © Radio France - Céline Loizeau

Partager sur :