Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Isère : le préfet précise les règles du retour à la nature

-
Par , France Bleu Isère

À partir de ce samedi les sorties pour pratiquer une activité physique ou prendre l’air sont étendues à une durée de 3 heures et 20 km autour de son domicile.

Lionel Beffre, préfet de l'Isère le 27 novembre 2020
Lionel Beffre, préfet de l'Isère le 27 novembre 2020 © Radio France - Lionel Cariou

Ça y est, les montagnes, et plus généralement la nature deviennent de nouveau accessibles au plus grand nombre ! Enfin, dans la limite de 20 km à vol d’oiseau de son domicile, et pendant trois heures. « Si on est à Grenoble, on pourra aller se balader dans le Vercors, mais on ne pourra pas aller dans l’Oisans », prévient Lionel Beffre, préfet de l’Isère. La randonnée, comme la chasse et la pêche, est donc autorisée dans ce périmètre à partir de ce samedi et jusqu’au 15 décembre (au-delà ensuite). Les sports collectifs étant encore proscrits, pourra-t-on se promener à plusieurs ? « Oui répond, répond le préfet, mais en groupe restreint. Pas 30 ou 40 personnes. Si c’est un groupe de 4 ou 5 c’est possible, il ne faut pas aller bien au-delà. » 

"Il faut appeler à la responsabilité individuelle"

Quant aux autres sports de montagne, eux aussi sont permis - dans les mêmes limites que celles précisées plus haut. « On ne va pas dire aux gens ce qu’ils doivent faire pendant ces trois heures » admet Lionel Beffre. Ainsi, le VTT, l’escalade, le ski de randonnée ou les raquettes (quand il y aura de la neige !) sont autorisés. « Il faut que nos concitoyens soient conscients, nuance cependant le Préfet, qu’il peut y avoir un danger car il y a des risques de  traumatologie et je rappelle que nos urgences sont déjà très actives, et que nos services de réanimation sont occupés en grande partie par des malades du Covid-19. Il faut aussi appeler à la responsabilité individuelle. » En clair : faites du sport, mais ne vous faites pas mal. 

Ski nordique : les pistes pourront être damées

Enfin en ce qui concerne le ski nordique, le cabinet de la Ministre des Sports avait déjà confirmé à France Bleu Belfort-Montbéliard que l’activité serait permise en individuel dès ce samedi 28 novembre (et dans le périmètre de 20 km). Mais les pistes seront-elles damées ? Oui, les stations pourront préparer les pistes confirme le préfet de l’Isère. Ne manquent plus que les flocons… Car pour le moment, cette permission reste théorique. Mais elle envoie le signal aux stations que si les conditions sont favorables et sous réserves que l'épidémie ne repart pas d'ici-là, elles pourront proposer du ski de fond et des itinéraires de raquettes lors des vacances de Noël. Le Ministère des Sports devrait préciser les choses ce week-end. Il pourrait ainsi entrer dans le détail des pratiques. 

Un virus qui circule toujours

Sur le front de l’épidémie « la situation s’améliore » constate le préfet ; « mais il faut que nous restions mobilisés », s’empresse-t-il d’ajouter. Le taux d’incidence du virus dans la population, qui avait atteint un pic en Isère à plus de 900 pour 100.000 habitants, est retombé à 255. Concernant les tests, 20,6% sont positifs, contre 33% au plus fort de cette deuxième vague. Mais il y a encore plus d’un milliers de malades du Covid dans les hôpitaux du département, dont 116 en réanimation (au 26 novembre). Au plus fort de la première vague il n’y en avait "que" 66 a encore rappelé le représentant de l’État dans le département. 

Quant au nombre de morts, il y en avait 153 à la mi-septembre. On en dénombre 660 deux mois et demi plus tard… Le virus, donc, continue de circuler, notamment en Auvergne-Rhône-Alpes qui reste la région la plus touchée. Le confinement, même si certaines mesures sont assouplies, continue de s’appliquer jusqu’au 15 décembre. Le port du masque, notamment, reste obligatoire dans les commerces, les transports en commun, et dans la rue pour ce qui concerne les communes iséroises de plus de 5.000 habitants. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess