Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"J'ai perdu 85% de mon chiffre d'affaires de l'été" se désole un créateur de feux d'artifice

-
Par , France Bleu Touraine, France Bleu

2020 restera une année très sombre pour les artificiers. Très peu de feux d'artifice ont finalement été commandés pour les célébrations du 14 juillet. Beaucoup d'élus ont annulé ou reporté leur commande à cause des contraintes liées au coronavirus.

Très peu de feux d'artifice sont tirés ces 13 et 14 juillet en Indre-et-Loire
Très peu de feux d'artifice sont tirés ces 13 et 14 juillet en Indre-et-Loire © Maxppp - Shawn Grier

Ce lundi 13 juillet et mardi 14 juillet, neuf feux d'artifice sont tirés en Indre-et-Loire, seulement neuf comparés à la centaine des années précédentes. Les grandes villes ont notamment fait l'impasse cette année à cause du coronavirus et des contraintes sanitaires. Les ciels de Chinon, Loches, Château-Renault, Sainte-Maure-de-Touraine, Amboise et de toutes les villes de l'agglomération tourangelle ne vont pas s'illuminer ces deux soirs.  

Une année noire pour ceux qui tirent les feux d'artifice 

La plus grosse entreprise d'Indre-et-Loire s'appelle Pyro'Concept, 30 ans d'existence. Eric Mauricet en est le dirigeant. Cet été, il n'a que 10 spectacles sur les 160 qu'il fait d'habitude. Traditionnellement, il fait 1,6 million d'€ de chiffre d'affaires l'été. Il perd cet été 85% de cette somme. Autant dire que cette année est catastrophique pour son entreprise qui réalise deux tiers de son activité pour les spectacles pyrotechniques. "Nous avons fait appel à nos clients qui reportent à l'année prochaine" explique Eric Mauricet, pour "payer en partie ces feux"

Le plus difficile, c'est l'absence de visibilité". Miguel Cherpeau, dirigeant de Artifices FMR 

Autre entreprise, même détresse économique. Artifices FMR est l'entreprise de Miguel Cherpeau. Lui n'assure aucun feu d'artifice cette année alors qu'il en tire habituellement une trentaine. Pour lui, c'est 80.000€ de pertes. Il explique avoir des économies de côté pour tenir encore quelques mois. Mais si rien n'évolue d'ici décembre, il pourrait envisager une reconversion. Il y pensera si son ultime feu d'artifice de l'année, prévu en région parisienne le 17 décembre, est annulé. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess