Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Le festival Jazz in Marciac enchante le Gers musicalement et économiquement

-
Par , France Bleu Occitanie

La 42e édition du festival de jazz démarre ce jeudi à Marciac avec Sting. 250 000 festivaliers sont attendus pour écouter près de 200 concerts. Et les retombées économiques sont énormes pour la ville mais aussi pour tout le département du Gers. Elles représentaient 20 millions d'euros l'an dernier.

Sting est en concert ce 25 juillet à Marciac à 21h
Sting est en concert ce 25 juillet à Marciac à 21h - Martin Kierszenbaum -

Marciac, France

C'est parti pour le festival Jazz in Marciac ! La 42e édition démarre ce jeudi 25 juillet avec le concert de Sting.

Pendant trois semaines, jusqu'au 15 août, la ville gersoise va vibrer sur des notes de jazz. Au programme :  36 concerts sous le chapiteau avec plus de 230 musiciens et plus de 150 concerts gratuits avec 32 groupes. 

De très grands noms sont prévus : Gregory Porter qui rendra hommage à Nat King Cole, George Benson, Thomas Dutronc, ou encore Manu Dibango.

20 millions d'euros de retombées économiques

250 000 festivaliers sont attendus, dont environ 60 000 payant leur billet.

Mais la folie commence bien avant le festival, "entre ceux qui montent les chapiteaux, les organisateurs etc, un mois avant on a un boulot monstre !", explique Nathalie, employée de l'une des deux boulangerie de Marciac. 

Et les retombées économiques dépassent largement Marciac assure le maire de la ville, qui est aussi président du festival et vice-président chargé du tourisme à la région Occitanie, Jean-Louis Guilhaumon.

L'année 2018 a été la meilleure année dans l'histoire de Jazz in Marciac. Ce sont 20 millions d'euros de retombées économiques pour le territoire rural, liées à l’hôtellerie, la restauration, la consommation dans son ensemble. –Jean-Louis Guilhaumon

Alors hors de Jazz in Marciac, point de salut ? N'exagérons pas, répond la gérante du restaurant Les Coulisses qui emploie 6 personnes en plus pendant ces trois semaines. "Le jazz nous permet d'avoir du monde souvent tout au long de l'année, grâce à la saison culturelle. Et puis le village est beau, on a beaucoup de gîtes etc."

Malgré tout, selon une enquête du cabinet Traces TPi réalisée en 2014, plus de la moitié des professionnels locaux assure qu'ils fermeraient s'il n'y avait pas ce festival.

Un hommage au restarateur Denis Méliet

Et il faut noter que cette édition de Jazz in Marciac, sera particulière car elle est marquée par la mort de Denis Méliet. Le patron du célèbre restaurant le J'Go, créé à Toulouse, est devenu une figure locale quand il a décliné sa formule à Marciac, à partir de 2012.
Denis Méliet, amoureux des produits locaux, est décédé d'un infarctus le 3 juin dernier, à l'âge de 53 ans.

"Un hommage lui sera rendu, avec des photos projetées sur grand écran", précise le président du festival Jean-Louis Guilhaumon. Ce sera le lundi 29 juillet, lors de la soirée cubaine durant laquelle est programmé notamment le pianiste Chucho Valdès. Il faut en effet savoir que la compagne de Denis Méliet est cubaine et qu'ils se rendaient souvent à Cuba.

Le J'Go sera cependant ouvert pendant le festival grâce à la famille du restaurateur qui s'est mobilisée pour prendre la suite.

Denis Méliet est mort le mois dernier à l'âge de 53 ans - Aucun(e)
Denis Méliet est mort le mois dernier à l'âge de 53 ans - capture d'écran Twitter
Choix de la station

France Bleu