Culture – Loisirs

"Jésus ne descend qu'une fois par an de sa croix, pour courir la montée de Chambles !"

Par Maxime Bacquié, France Bleu Saint-Étienne Loire samedi 31 décembre 2016 à 18:52

Jean-Marc, alias "Jésus", a couru les 12 km de la montée de Chambles torse nu, alors que le thermomètre ne dépassait pas zéro degré.
Jean-Marc, alias "Jésus", a couru les 12 km de la montée de Chambles torse nu, alors que le thermomètre ne dépassait pas zéro degré. © Radio France - Maxime Bacquié

C'était ce samedi la 26e édition de la montée de Chambles, une course qui se déroule traditionnellement le dernier week-end de l'année. 1.200 coureurs ont pris le départ. Certains pour faire le meilleur chrono possible, d'autres ont couru costumés, en tirant la langue, et sans regarder la montre.

Les premiers n'étaient pas là pour rigoler. Thibaut a bouclé les 12 kilomètres entre Saint-Just-Saint-Rambert et Chambles, en 41 minutes et 9 secondes, c'est lui qui remporte l'épreuve. "C'est une course très difficile parce que ça monte quasiment tout le temps. Et puis j'ai eu très froid sur l'arrivée. Moi j'étais venu pour me donner à fond donc je suis content." Même satisfaction pour Philippe, un Français de 44 ans qui vit aux États-Unis, et qui termine 5e de la course en 41 minutes et 52 secondes. "Je viens tous les ans pour cette course, je connais du monde dans le coin qui participe. L'an dernier j'avais fini 4e, là 5e, c'est pas mal à 44 ans! Ce soir on va pouvoir manger une bonne raclette avec les amis."

"A force de manger du pain sec, j'ai plus de force!" un moine essouflé

Thibaut (au centre) a remporté la montée de Chambles, entouré de Damien (à gauche) 2e et de Fleury 3e. - Radio France
Thibaut (au centre) a remporté la montée de Chambles, entouré de Damien (à gauche) 2e et de Fleury 3e. © Radio France - Maxime Bacquié

Super Mario et les 101 dalmatiens

Un peu plus loin, beaucoup plus loin même, on trouve les participants un peu moins compétiteurs. Mais pas sûr qu'ils ne souffrent pas davantage. La plupart ont enfilé un déguisement pour cette course qui clôt traditionnellement l'année civile. Yohann s'est transformé en Super Mario. "J'aime les jeux vidéo tout simplement. Mais je crève de chaud là-dessous!" On rattrape aussi un groupe de "chiens" sur leurs deux pattes arrières. "Nous on est les 101 dalmatiens. Mais je crois qu'on en a perdu pas mal en route," rigole Stéphane.

Pas facile de courir avec un château en carton en guise de déguisement - Radio France
Pas facile de courir avec un château en carton en guise de déguisement © Radio France - Maxime Bacquié

La voiture balais, à l'arrière de la course, pousse quasiment aux fesses le dernier, Denis, qui peine à avancer avec son énorme château en carton. "C'est le château d'Essalois! Je pars à la conquête de ce château depuis 16 ans! Et vu que je suis supporter de l'ASSE, j'espère que nos verts partiront à la conquête d'Old Trafford en février!" Après un dernier effort en 2016, Denis est déjà tourné vers 2017.