Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Journées du patrimoine 2020 : la Covid-19 ne freine pas la soif de culture des Isérois

-
Par , France Bleu Isère

Les journées du patrimoine sont inédites cette année, Covid-19 oblige. Gestes barrières obligatoires mais cela ne freine pas les Isérois, soucieux d'en savoir plus sur le patrimoine départemental. Reportage à Saint-Romain-de-Jalionas sur le site de fouilles gallo-romain de la villa du Vernai.

Visite des vestiges gallo-romains forcément masquée pour tous.
Visite des vestiges gallo-romains forcément masquée pour tous. © Radio France - Bastien Thomas

Décidément, tout est chamboulé par la crise sanitaire. En Isère, les journées européennes du patrimoine, ces samedi et dimanche, n'y échappent pas. Elles ont pu être maintenues, les gestes barrières sont obligatoires lors des visites et les Isérois ont répondu présents. Nous sommes allés à Saint-Romain-de-Jalionas, en Nord-Isère, où se trouve le site de fouilles archéologiques gallo-romaines de la villa du Vernai. Dans le département, 462 sites étaient a découvrir ce week-end.

Premier changement majeur : à l'arrivée sur le site, il faut donner ses coordonnées pour être contacté par l'Agence Régionale de Santé en cas de découverte d'un foyer épidémique. Le port du masque est bien entendu obligatoire pour tous à partir de 11 ans. Et le lavage des mains doit être régulièrement fait.

A l'arrivée, les coordonnées de chaque familles sont prises pour être transmises à l'ARS en cas de besoin.
A l'arrivée, les coordonnées de chaque familles sont prises pour être transmises à l'ARS en cas de besoin. © Radio France - Bastien Thomas

"On était déjà prêt puisque qu'on a déjà du s'adapter lors de la réouverture du site cet été pour nos archéologues. Le matériel a été individualisé, désinfecté entre chaque utilisation et on a aussi organisé les équipes sur des demies-journées pour ne pas trop se croiser" explique Elvyre Royet, la présidente de l'association pour l'histoire et l'archéologie à Saint-Romain-de-Jalionas.

Les curieux ont répondu présent malgré les contraintes sanitaires

Passé les consignes sanitaires, place à une heure de visite, totalement gratuite. Et c'est Laurent, un bénévole de l'association qui s'en charge, devant un groupe de huit personnes. "Je suis content que des gens puissent venir, c'est toujours intéressant de faire découvrir le site. Et puis on voit qu'ils sont intéressés par ce que l'on va dire, ils posent des questions. Après, avec le masque pendant une heure c'est compliqué. Je comprends la galère des professeurs" dit-il.

Masque obligatoire pour tous dès 11 ans lors de la visite du site gallo-romain.
Masque obligatoire pour tous dès 11 ans lors de la visite du site gallo-romain. © Radio France - Bastien Thomas

René et son épouse habite Saint-Romain-de-Jalionas depuis 46 ans. Et venir voir l'état des fouilles est devenue une habitude pour eux, crise sanitaire ou non. "Chaque fois, on constate les nouvelles découvertes et on a des explications très intéressantes. De toute façon, on doit porter le masque alors on le porte, ça ne nous gène pas" raconte René.

Deux archéologues en plein travail sur un puits. Ils en font le plan avant de le détruire pour fouiller en dessous.
Deux archéologues en plein travail sur un puits. Ils en font le plan avant de le détruire pour fouiller en dessous. © Radio France - Bastien Thomas

Dans le groupe, il y a aussi un petit curieux, Alexeï, 9 ans, passionné par les Romains. "J'ai appris qu'il y avait un moulin qui leur servait beaucoup et aussi les thermes car on en a pas mal parlé. Alors j'ai posé des questions pour en savoir plus" dit-il, heureux d'être là. Peut-être une passion transmise par son papa Nicolas. "Je suis très intéressé par l'archéologie et voir comment tout est mis en valeur. Après pour le côté sanitaire, on est en plein air, on porte des masques. Je ne pense pas que ce soit très dangereux" poursuit-il après son fils.

Après une heure de visite, il était aussi possible d'en savoir plus sur les matériaux de construction utilisés par les romains et la méthode de nettoyage utilisées.
Après une heure de visite, il était aussi possible d'en savoir plus sur les matériaux de construction utilisés par les romains et la méthode de nettoyage utilisées. © Radio France - Bastien Thomas

Le site de la villa du Vernai ne contient pas que les vestiges de la période gallo-romaine, mais aussi des périodes postérieures. Notamment l'époque mérovingienne mais aussi moderne avec la construction d'une église, encore sur pied aujourd'hui. L'an dernier, 214 personnes avaient été accueillies lors des journées du patrimoine. Cette année, avec la crise sanitaire, 16 de plus ont été attirée par la villa du Vernai. Preuve que les Isérois sont toujours friands de culture, même en période de crise épidémique.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess