Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs DOSSIER : Journées du Patrimoine - 2018

Journées européennes du patrimoine: à la découverte du lycée Turgot à Limoges.

dimanche 16 septembre 2018 à 14:15 - Mis à jour le dimanche 16 septembre 2018 à 17:07 Par Delphine-Marion Boulle, France Bleu Limousin

A l'occasion des Journées européennes du patrimoine le lycée Turgot a ouvert ses portes à Limoges. Élèves et professeurs ont fait découvrir les lieux. Témoins des deux conflits mondiaux et des évolutions de l'enseignement, le lycée est aussi un digne représentant du style architectural art-déco.

Ce samedi plusieurs dizaines de personnes ont pu découvrir l'histoire du Lycée Turgot à Limoges
Ce samedi plusieurs dizaines de personnes ont pu découvrir l'histoire du Lycée Turgot à Limoges © Radio France - Delphine-Marion Boulle

Limoges, France

Les Journées européennes du patrimoine sont l'occasion de découvrir des lieux méconnus ou atypiques. Pour l'occasion certains lycées ont ouvert leurs portes comme le lycée Turgot à Limoges. Construit juste avant la Première guerre mondiale, il est d'abord utilisé comme caserne, puis comme hôpital militaire avant d'accueillir ses premiers élèves en 1932 au sein de l'École pratique de commerce et d'industrie, transformée dès 1933 en École nationale professionnelle, puis en lycée. Le lieu est à la fois un témoin de l'histoire mais aussi un modèle architectural, digne représentant du style art-déco dans le département de la Haute-Vienne.

Un modèle du style Art-Déco en Haute-Vienne

"La construction est confiée à l'architecte Jules Godefroy qui a réalisé la poste générale à Limoges, mais aussi la préfecture," explique Serge, l'un des enseignants, avant de s'attarder sur les détails à l'entrée de l'établissement. "La porte en fer forgé, le plafond à caissons, on redonne des formes comme avec les grandes colonnes surmontées de luminaires tout cela est _typique du style des arts décoratifs_",  aussi surnommé "art déco". 

Plafond à caissons, colonnes en fer forgé ornées de luminaires, Serge enseignant, explique le style Art-Déco aux visiteurs. - Radio France
Plafond à caissons, colonnes en fer forgé ornées de luminaires, Serge enseignant, explique le style Art-Déco aux visiteurs. © Radio France - Delphine-Marion Boulle

Du mobilier hérité de plusieurs générations d'élèves

C'est justement ce qui a attiré Thierry ici, "Ce bâtiment rentre dans les rares caractéristiques locales du style art déco," explique ce passionné. Il apprécie notamment un détail "c'est de l'art-déco fabriqué par les élèves donc on voit quand même une petite interprétation qui mérite d'être connue". En effet, dans l'ancienne École nationale professionnelle, désormais lycée, plusieurs générations d'élèves ont laissé des traces, notamment dans l'actuelle salle des professeurs. La table et les boiseries ont été réalisées par des élèves de la section menuiserie il y a plus d'un demi siècle. Certaines décorations murales, en fer forgé, ont également été fabriquées par les élèves, d'après les dessins de l'un de leur professeur de l'époque. Inspirés du style art-déco, ils représentent les différents métiers qu'il était possible d'apprendre au sein de l'École nationale professionnelle. 

Dans la salle des professeurs une partie de la décoration a été réalisée par des élèves, comme ce décor en fer forgé. - Radio France
Dans la salle des professeurs une partie de la décoration a été réalisée par des élèves, comme ce décor en fer forgé. © Radio France - Delphine-Marion Boulle

Dans le public, beaucoup d'anciens élèves

Dans les groupes de visiteurs, plusieurs connaissent bien le lieu... pour y avoir été élèves. C'est le cas de Patrick qui n'avait pas remis les pieds dans son lycée depuis plus de 40 ans. Forcément, les souvenirs remontent et l'émotion aussi: il vient de réaliser un rêve d'ado: "Je n'étais jamais rentré dans la salle des professeurs, nous n'y étions pas autorisés à l'époque. Pouvoir le faire aujourd'hui, 40 ans après, je trouve ça juste formidable" explique-t-il les larmes au bord des yeux. Pascal Dejammet, le proviseur, confirme la venue de plusieurs anciens élèves durant les visites: "J'ai pu discuter avec un monsieur qui a passé son bac ici en 1950 ! Il n'était pas revenu depuis, il voulait voir comment avaient évolué les lieux". 

Un témoin privilégié de l'Histoire

Au delà de l'architecture, le lycée Turgot est aussi un témoin de l'Histoire. Ayant traversé deux conflits mondiaux, il compte dans ses élèves et dans ses professeurs des figures de la Résistance comme François Perrin. L'enseignant d'anglais, destitué de son poste par Vichy a participé à la fondation du réseau Libération, avant d'être arrêté puis fusillé par l'occupant sur le Mont Valériens en 1942.

Dans la Salle François Perrin, les visiteurs ont découvert l'histoire de cet enseignant entré dans la Résistance et fusillé en 1942 par l'occupant sur le Mont Valérien. - Radio France
Dans la Salle François Perrin, les visiteurs ont découvert l'histoire de cet enseignant entré dans la Résistance et fusillé en 1942 par l'occupant sur le Mont Valérien. © Radio France - Delphine-Marion Boulle

Pour le proviseur, l'école pratique de Commerce et d'Industrie, devenue École nationale professionnelle, puis lycée est aussi un témoin de l'histoire de l'éducation nationale "Il permet de montrer comment d'une École nationale professionnelle on passe à un lycée polyvalent, comment cette transformation relie aussi le XXe et le XXIe siècle, de comprendre l'histoire de l'éducation nationale" détaille Pascal Dejammet 

Depuis 2012 le Lycée Turgot veille sur les vitraux de l'abbaye de Conques dessiné au début du XXe siècle par l'un des enseignant Pierre parot, pour les ateliers Chigot. - Radio France
Depuis 2012 le Lycée Turgot veille sur les vitraux de l'abbaye de Conques dessiné au début du XXe siècle par l'un des enseignant Pierre parot, pour les ateliers Chigot. © Radio France - Delphine-Marion Boulle

Mais le lycée contient lui même des trésors, notamment les anciens vitraux de l'abbaye de Conques, dessinés à l'époque par l'un des enseignants, Pierre Parot, pour les ateliers Chigot. Depuis 2012 enseignants et élèves veillent sur ces bijoux du patrimoine installés dans les escaliers et au sein du centre de documentation de l'établissement.