Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

L'abbaye de Pontigny, hôpital militaire pendant la Grande Guerre

lundi 13 août 2018 à 0:22 Par Lisa Guyenne, France Bleu Auxerre

En ce moment, l'abbaye de Pontigny accueille son spectacle historique, cette année sur le thème de 14-18, en commémoration des 100 ans de la Grande Guerre. Une histoire inspirée de faits réels, à Pontigny même, au sein même de l'abbaye qui servait alors... d'hôpital militaire.

Le spectacle est donné à l'intérieur de l'abbaye
Le spectacle est donné à l'intérieur de l'abbaye © Radio France - Lisa Guyenne

Pontigny, France

Une plongée au coeur de l'Enfer, sous les bombes, mais aussi plus loin du front, dans ce qui était alors l'hôpital de Pontigny : voilà ce que propose cette pièce. Claude Henriat est président de l'association "Les lumières de Pontigny", qui organise le spectacle. "La réalité du front est tragique évidemment, mais la réalité de l'arrière est heureusement plus joyeuse. On sait vivre, revivre, s'amuser, plaisanter, boire aussi - les Poilus, buvaient pour se consoler. Donc on a deux lectures dans ce texte : une part d'émotion forte, et une part de rire aussi", explique-t-il.

Un hôpital à la pointe du progrès pour l'époque

Sur scène, chaque personnage a vraiment existé, que ce soit les soldats, l'abbé, ou la maîtresse de maison. Quand à l'abbaye, c'était un hôpital parfaitement équipé : 70 lits, une salle d'opération et une de radiographie. Ces détails, on les connaît grâce à Françoise Guérin, membre de l'association. Elle s'est documentée pendant des mois sur des courriers envoyés à l'époque. _"_En tout, ça a été 347 lettres que j'ai intégralement recopiées. Certains jours, je travaillais 8 à 10 heures à la recopie de mes lettres !" 

Comment Françoise Guérin a collecté les bribes d'histoire de Pontigny il y a 100 ans

"Cent ans, ce n'est pas si loin"

Des témoignages fidèles pour nous rappeler le passé, et nous empêcher d'oublier. Ludovic Femenias est l'un des comédiens : "Je souhaite que les spectateurs se rendent compte que cent ans, ce n'est pas si loin, et que ces souvenirs-là nous touchent encore. _La mémoire qu'on laisse commence à être un peu diffuse_, pour ceux qui suivent derrière. C'est une période un peu charnière."  Ce weekend, le spectacle a attiré plus de 300 visiteurs par jour. Il reste deux représentations, lundi 13 août et mardi 14, à 21 heures.