Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

L'effervescence à Locronan pour la Grande Troménie

-
Par , , France Bleu Breizh Izel

C'est un événement qui n'arrive que tous les six ans et qui attire toujours autant de monde : la grande Troménie de Locronan, l'un des plus grands pardons bretons, accueille les marcheurs jusqu'au dimanche 21 juillet.

Il y a des dizaines de huttes tout au long du parcours pour présenter les différents saints
Il y a des dizaines de huttes tout au long du parcours pour présenter les différents saints © Radio France - Melena Hélias

Locronan, France

Depuis dimanche, c’est l’effervescence à Locronan. À l'occasion de la Troménie, l’un des plus grands pardons bretons, la commune de 800 habitants accueille des randonneurs du coin et d’ailleurs.

Cette cérémonie a lieu tous les six ans à Locronan. Tout au long de la semaine, Locronan reçoit des marcheurs sur un parcours de 12 kilomètres.

Pour Marie-Renée (au centre), la Troménie est "une tradition qui a toujours existé et qui va perdurer toujours". Elle est bénévole à la hutte de la statue de Saint-Yves et se relaie avec sa nièce. - Radio France
Pour Marie-Renée (au centre), la Troménie est "une tradition qui a toujours existé et qui va perdurer toujours". Elle est bénévole à la hutte de la statue de Saint-Yves et se relaie avec sa nièce. © Radio France - Melena Helias

Seuls ou en groupe, les marcheurs parcourent des paysages variés. En passant par la plaine du Porzay ou encore la montagne du Prieuré, ils apprécient des endroits qui ne sont pas accessibles en temps normal

"Ça me rappelle ma mère"

Jacqueline est originaire de Lanvéoc et vit à Coutances (Normandie). Cette année, elle a réussi à se libérer.  « Je voulais à tout prix la faire mais avec le travail et les enfants, c'est compliqué... Donc cette année,  je fais enfin ma Troménie. J'apprécie beaucoup, en plus je vois des personnes en costumes bretons, ça me rappelle ma mère... » 

Locronan est particulièrement visitée lors de la Grande Troménie. Ceci dit, depuis sa deuxième place à l'émission le « Village préféré des Français » en 2013, sa fréquentation a augmenté. - Radio France
Locronan est particulièrement visitée lors de la Grande Troménie. Ceci dit, depuis sa deuxième place à l'émission le « Village préféré des Français » en 2013, sa fréquentation a augmenté. © Radio France - Melena Helias

Chacun y trouve son plaisir pour des raisons différentes. Théo a 11 ans, il est venu de Quimper en famille : « Je trouve ça joli, on peut découvrir les huttes, c'est très beau. »

Beaucoup ont fait le déplacement pour le plaisir de la marche à pied et de la découverte des paysages. « On préfère venir en semaine et faire la Troménie de façon laïque, explique Marie-Annick. Lors de la déambulation religieuse il y a trop de monde, on piétine... Nous on préfère marcher à notre cadence. »

"Une épreuve pour l'esprit et pour le physique"

Mais certains sont ici pour des raisons spirituelles. À l’image d’Ernesto, né au Nicaragua et habitant Douarnenez depuis longtemps. _« Je pense qu'_on se découvre soi-même, raconte celui qui vient de faire une portion du chemin de Compostelle. Et puis en plus c'est une épreuve pour l'esprit et puis pour le physique aussi. »

Mais la Troménie, c’est surtout une affaire de transmission. Marie-Renée est chargée de la hutte qui abrite la statue de Saint-Yves. « C’est une tradition qui a toujours existé et qui perdure et qui va perdurer toujours. Saint-Yves c’est notre patron. Ça s’est transmis de famille en famille. »

"On essaie de conserver tout ce que nos parents et grands-parents ont fait" explique Dani, Locronanaise en charge de la hutte qui abrite la statue de Sainte-Marguerite. - Radio France
"On essaie de conserver tout ce que nos parents et grands-parents ont fait" explique Dani, Locronanaise en charge de la hutte qui abrite la statue de Sainte-Marguerite. © Radio France - Melena Helias

Un constat partagé par Dani, une Locronanaise. « Vous savez, quand vos parents, vos grands-parents se sont occupés de ce genre de choses, _on essaie de conserver tout ce qu’ils ont fait_. »

La petite Troménie est un événement annuel. La Grande Troménie en revanche, n'a lieu que tous les six ans. - Radio France
La petite Troménie est un événement annuel. La Grande Troménie en revanche, n'a lieu que tous les six ans. © Radio France - Melena Helias