Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

L'Excelsior Allonnes renonce à intégrer la Smac Superforma

mardi 28 mars 2017 à 16:05 Par Ruddy Guilmin, France Bleu Maine

Face au refus de Le Mans Métropole de piloter et financer Superforma, la ville d'Allonnes ne s'impliquera pas davantage. Les quatre structures restantes vont revoir le projet pour obtenir malgré tout le label "scène de musiques actuelles" du ministère de la culture. Un coup dur.

Le projet visait à unifier cinq structures au sein d'une nouvelle entité baptisée "Superforma"
Le projet visait à unifier cinq structures au sein d'une nouvelle entité baptisée "Superforma" © Maxppp - PQR/Ouest-France - brochure Superforma

Vous l'aviez peut-être vu sur les brochures ou les affiches de concerts : cinq structures de l'agglomération mancelle dédiées aux musiques actuelles - Bebop, Les Saulnières, l'Alambik-MJC Ronceray, Le Silo et L'Excelsior Allonnes - travaillaient depuis environ un an pour fusionner en une nouvelle entité baptisée Superforma. L' objectif : obtenir le label Smac (scène de musique actuelles) auprès du ministère de la culture. Depuis la rentrée de septembre, une brochure et une programmation communes avait vu le jour. Et les travaux de "fusion" étaient en cours afin de réunir la quinzaine de salariés concernés au sein de cette seule et même structure. Mais la semaine dernière, coup de théâtre : la ville d'Allonnes décide de claquer la porte.

Et après ce sera quoi ? Les médiathèques ? Le théâtre ? C'est des millions d'euros !

La raison de cette volte-face ? Le refus de Le Mans Métropole de prendre en charge le pilotage et, à terme, le financement de Superforma. Depuis le début de la longue concertation sur ce projet en 2009, tous les acteurs souhaitaient pourtant que ce projet de territoire soit porté par Le Mans Métropole, ce qui aurait également permis à la ville d'Allonnes d'alléger son budget culture en lui transférant une partie des coûts. Mais pour le président Jean-Claude Boulard, pas question : "Le Mans Métropole n'a pas à se saisir de la compétence culturelle. Sinon, après, ce sera les médiathèques, le théâtre, le conservatoire... C'est des millions d'euros et je ne suis pas sûr que tous mes collègues soient d'accord !" Faute de garantie sur l'avenir de la structure, "la ville d'Allonnes a donc décidé que son personnel de la régie Excelsior n'ira pas dans l'association Superforma, explique Alexis Braud, adjoint au maire d'Allonnes en charge de la culture. Mais ça n'empêche personne d'autres de le faire et surtout ça ne remet rien en cause de la collaboration entre les acteurs ! Cette plaquette commune qui regroupe la programmation, elle a été faite sans que notre personnel soit intégré à Superforma. Donc ça n'enlève rien à l'envie de faire ensemble et de collaborer avec la même énergie."

Redéfinir le projet à quatre

Du côté de Superforma, ce n'est pas vraiment la même chanson. Pour son président Mickael Guihard, qui évoque une décision "brutale" et "méprisante" pour le travail effectué, aucune ambiguïté : Allonnes a bien décidé de tourner le dos au projet et de se retirer. "Ça met un coup au moral... Nous allons continuer à quatre. Mais le travail qui a été mené est pour partie à refaire." L'organigramme sera revu car un des postes de direction de Superforma devait par exemple échoir à un cadre en provenance d'Allonnes. Plus embêtant : le projet artistique et culturel va devoir être réécrit pour intégrer ce qui était porté en grande partie par L'Excelsior, notamment le versant "découverte" ou "artistes émergents" : "De notre point de vue, le dossier reste assez solide pour obtenir la labellisation Smac, mais il va falloir redéfinir des choses que l'on perd sans L'Excelsior. C'est un ralentissement, mais ça ne remet pas du tout en cause le projet."

Reste à savoir si le travail sera assez rapide pour obtenir la labellisation dès cette année ? Pas sûr... Mais il faut faire vite car celle-ci doit permettre à Superforma d'obtenir une subvention de 75 000 € essentielle à son fonctionnement. Autre problème : toutes les subventions des partenaires (département, Le Mans métropole...) étaient d'ores et déjà fléchées vers Superforma. L'Excelsior pourra-t-elle récupérer sa part ? À ce stade, nul ne le sait.