Culture – Loisirs

L'historial franco-allemand du Hartmannswillerkopf ouvre au public jeudi

Par Aude Raso et Patrick Genthon, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass mardi 1 août 2017 à 19:30

L'historial franco-allemand du Hartmannswillerkopf, en août 2017
L'historial franco-allemand du Hartmannswillerkopf, en août 2017 © Radio France - Patrick Genthon

Les travaux sont terminés. Jeudi, au Hartmannswillerkopf, l'historial franco-allemand de la Grande Guerre ouvre ses portes au public.

La date du 3 août 2017 n'a pas été choisie au hasard. C'est le 3 août 1914, il y a 103 ans, que l'Allemagne déclarait la guerre à la France, dans ce qu'on appellera la Grand Guerre. C'est également le 3 août 2014 que les présidents François Hollande et Joachim Gauck avaient choisi de poser la première pierre de l'historial franco-allemand au Hartmannswillerkopf. Après le début des travaux en 2016, le bâtiment ouvre au public ce jeudi.

Une coopération franco-allemande

L'historial vient rappeler et raconter ce qu'ont vécu soldats français et allemands lors des combats sur ce front de montagne de la Première Guerre mondiale, où plusieurs milliers d'hommes périrent. "Pendant la visite, les deux langues, l'allemand et le français, se répondent", souligne Jean Klinkert, le président du comité du monument national du Hartmannswillerkopf. C'est l'aboutissement de dix ans d'investissement personnel et professionnel pour assurer la protection de ce haut lieu d'histoire."

Il est important de transmettre de génération en génération les vicissitudes de la première moitié du 20e siècle, avec un double message de paix et de 'davantage d'Europe' pour les jeunes générations.

L'historial franco-allemand du Hartmannswillerkopf, en août 2017 - Radio France
L'historial franco-allemand du Hartmannswillerkopf, en août 2017 © Radio France - Patrick Genthon

L'histoire racontée ici a fait l’objet de savants échanges au sein d’une commission franco-allemande d'historiens. "Nous avons voulu faire un historique précis des batailles du Hartmannswillerkopf, explique Gerd Krumeich, professeur à l'université de Fribourg. Mais nous avons aussi voulu intégrer le lieu dans l'histoire globale de la Première Guerre mondiale." "C'est aussi un musée au présent, souligne Nicolas Offenstadt, qui dirigeait les travaux de la commission côté français. Il fait aussi réfléchir sur ce qu'est la paix, ce qu'est l'Europe, ce qu'est la réconciliation franco-allemande."

L'édifice aura coûté 4,7 millions d’euros. Il a pu voir le jour grâce à des fonds des États français et allemand, de la région Grand Est, du département du Haut-Rhin, ainsi que de quelques mécènes. L'historial sera ouvert du 3 août au 12 novembre. Il fermera chaque année en basse saison.