Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

L'hôtel Imperator de Nîmes a vendu son mobilier aux enchères

dimanche 29 octobre 2017 à 6:33 Par Adrien Serrière, France Bleu Gard Lozère

Le célèbre hôtel Imperator de Nîmes qui s'apprête à subir d'importants travaux, a vendu une partie de son mobilier et une sélection d'objets emblématiques aux enchères.

Le hall de l'Imperator était plein pour la vente aux enchères.
Le hall de l'Imperator était plein pour la vente aux enchères. © Radio France - Adrien Serrière

Nîmes, France

Salle comble pour la vente aux enchères des objets de l'Imperator. Une page se tourne pour l'hôtel qui a été racheté par le groupe Paris Inn et qui rouvrira ses portes à l'été 2018. De nombreux Nîmois voulaient ramener chez eux un souvenir de l'hôtel. Pour Samuel, un acheteur, c'était «une nécessité» de repartir avec un souvenir de l'Imperator. Il se souvient y avoir passé de nombreux moments de fête, notamment pendant les ferias.

Tableaux, portes de chambres et bouteille de champagne

Plus de 200 lots ont été vendus. Des tableaux, des objets de décoration, parfois de valeur, mais aussi des petits objets du quotidien : assiettes, parapluies, porte clés. Le but était qu'il y en ait pour toutes les bourses. Pour le directeur de l'Imperator, Christophe Chalvidal, c'est surtout «la réjouissance de savoir que ces objets ne partiront pas à la déchetterie et auront une seconde vie».

Dans la salle, l'émotion était palpable, y compris pour Maître Françoise Kusel, commissaire priseur de la vente aux enchères : «D'habitude on vend des livres, des bijoux, mais du rêve et de la nostalgie c'est la première fois», confie-t-elle.