Culture – Loisirs

L'oeil du web - Des élèves de Terminale se mettent à nu

Par Thomas Séchier et France Bleu, France Bleu mercredi 21 décembre 2016 à 18:26 Mis à jour le mercredi 21 décembre 2016 à 16:27

Les 36 élèves et 2 profs conserveront cette photo de classe toute leur vie !
Les 36 élèves et 2 profs conserveront cette photo de classe toute leur vie ! - Capture d'écran Facebook

Des élèves qui n'ont pas froid aux yeux - Un danseur dodu qui veut casser les clichés - Un Australien dingue de décorations de Noël

C'est l'oeil du web, une chronique à retrouver chaque matin 5h40 mais pas seulement, sur France Bleu.

Une photo de classe très osée

Ils voulaient "marquer" le coup, c'est réussi.
Pour la dernière photo de classe de leur scolarité, les 36 élèves de la Terminale "Sciences et technologies du design et des arts appliqués" du lycée Frédéric-Mistral d'Avignon ont décidé de poser dans leur plus simple appareil. Loin de les en dissuader, deux profs ont joué le jeu eux aussi.
Comme on peut le voir sur la photo : ils se sont présentés devant le photographe entièrement nus !
Enfin presque...
Qu'on se rassure : ils tiennent tous des pancartes noires pour cacher leurs parties intimes, et surtout, chacun portait des sous-vêtements.
"C'est comme à la plage", répond une élève aux internautes choqués par cette initiative.
Globalement, la plupart des réactions saluent cette idée.
La photo fait le buzz au sein de la communauté lycéenne, sur Facebook et Twitter.
Beaucoup d'élèves sont jaloux, et ça donne même des regrets aux anciens du lycée !

La danse, pas une question de physique

On a l'habitude des silhouettes filiformes et ultra-musclées des danseurs de ballet.
Aux Etats-Unis, un homme un peu enrobé veut casser les stéréotypes.

Rollin all ova the ground #dancerscomeinallsizes #dance #dancer #worldwidedance @worldwidedance

A video posted by Erik Cavanaugh (@erik_cav5493) on

Ce qu'il réalise force le respect : sur cette vidéo, on le voit danser sur une chorégraphie contemporaine.
Il enchaîne les tours, les mouvements subtils au sol, d'autres figures pleines d'énergie.
Et s'il se filme, c'est pour changer les mentalités.
On peut ne pas être svelte et danseur de bon niveau.
D'ailleurs, Erik Cavanaugh donne des cours de danse et est chorégraphe à Pittsburgh, une grande ville américaine.

En Australie, on ne plaisante pas avec les décorations de Noël

On a tous un voisin ou un ami qui met un point d'honneur à décorer du mieux possible sa maison à l'approche de Noël.
Greg Jaeschke, lui, est hors concours.
Ca fait des années qu'au 1er décembre, cet Américain qui vit en Australie recouvre sa maison de dizaines d'installations lumineuses.
Mais cette fois, il va encore plus loin.
Les guirlandes ne se content pas de scintiller mécaniquement ; elles clignotent en rythme, au son d'une musique !
Comme Greg Jaeschke ne fait pas les choses à moitié, il change de musique... tous les soirs jusqu'à Noël.
Sur la vidéo ci-dessous, on entend "Thunderstruck" d'AC/DC.
Une activité chronophage puisqu'il lui faut 6 heures, chaque jour, pour effectuer la synchronisation.
On ne sait pas combien ça lui coûte en électricité, ni ce que disent ses voisins (on espère que le bruit ne les dérange pas).
En revanche, ça lui rapporte des millions de fans, qui ne ratent aucune de ses vidéos sur Facebook.
C'est lui-même qui filme le spectacle chaque soir, devant sa maison.