Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

L’œil du web - Investir dans un arbre pour préserver la biodiversité

-
Par , France Bleu

Épargner et sauvegarder la nature en même temps : un site propose d'investir dans l'arbre français. Faut-il priver ses enfants de réseaux sociaux ? Pour vendre son vieux 4x4, un spécialiste des effets spéciaux réalise une bande-annonce digne de Star Wars.

EcoTree propose de placer votre argent dans un arbre qui peut, à terme, être revendu
EcoTree propose de placer votre argent dans un arbre qui peut, à terme, être revendu - Capture d'écran EcoTree

L’œil du web, une chronique à retrouver chaque matin sur France Bleu.

EcoTree, le site qui fait de vous un propriétaire... d'arbre.

Placer son argent dans un arbre plutôt que sur un livret A, c'est le pari de la société EcoTree, basée dans le Finistère. Lancée en janvier 2016, EcoTree propose, via son site internet, d'acheter par exemple un chêne dans la forêt du Morvan (Morbihan), un Douglas mature dans la forêt de Brokus (Morbihan) ou un Douglas tout juste planté dans la forêt de Kerautret (Finistère).

Posséder un arbre, pour quoi faire ? Pour lutter contre la déforestation et préserver la biodiversité, bien sûr. EcoTree a racheté, au total, une centaine d'hectares répartis sur huit forêts qui n'étaient pas, ou plus, entretenues. Les internautes peuvent choisir d'acheter un arbre déjà en terre, ou de financer la plantation d'un nouveau. La société se charge ensuite de l'entretenir, et le propriétaire peut suivre sur Internet le taux de CO2 absorbé par son acquisition.

Mais cet achat est également un investissement : au fur et à mesure, votre arbre prend de la valeur. Il peut être revendu à maturité. S'il est coupé, la recette de la vente du bois est reversée au propriétaire. "Si on veut que l'écologie fonctionne, il faut une récompense, explique Erwan Le Méné, l'un d'un fondateurs de cette start-up 100% française. Mais ce n'est pas un placement financier, c'est bien le côté environnemental qui prime." Selon EcoTree, près de 10.000 arbres ont été plantés depuis le début de l'aventure. A partir de cette semaine, de nouvelles espèces vont êtres mises en vente dans la forêt de Pontvallain, dans la Sarthe.

Punir un adolescent en lui supprimant Facebook peut être contre-productif

C'est une étude qui montre la place qu'ont pris Facebook, Instagram ou Twitter dans la vie des adolescents. Des chercheurs de l'Université de Chicago ont interrogé 790 jeunes Américains, âgés de 13 à 17 ans, sur leur utilisation des réseaux sociaux, ainsi que sur leur ressenti en cas de privation. Interrogée par le Washington Post, Amanda Lenhart, en charge de l'étude, affirme que forcer un adolescent à ne plus aller sur Facebook a pour effet secondaire de "lui enlever un potentiel soutien émotionnel ainsi qu'un accès à l'information".

En effet, selon l'étude, pour 38% des adolescents, être privé de réseaux sociaux rend "anxieux". 35% veulent y retourner le plus vite possible. Et 28 % disent se sentir moins connectés aux personnes qui comptent dans leur vie. Par ailleurs, une fois de retour sur Facebook, 63% des adolescents punis affirment qu'ils reprennent leur activité comme avant. 6% disent qu'ils publient même plus. Une punition potentiellement contre-productive, donc. Selon l'étude, l'expérience "fini les réseaux sociaux" est beaucoup mieux vécue quand c'est l'adolescent qui choisit de le faire.

Il met le paquet pour vendre sa Suzuki de 1996

N'importe qui se serait contenté de quelques mots sur un site de petites annonces : "Vends Suzuki Vitara. Bon état. Date : 1996. Prix : à débattre." Mais pas Eugene Romanovsky. Originaire de Lettonie, l'homme travaille aujourd'hui pour une société spécialisée dans les effets spéciaux basée en Israël. Et cela se voit. Pour vendre sa Suzuki Vitara, Eugene Romanovsky a réalisé une bande-annonce digne des plus gros blockbusters hollywoodiens, faisant rouler son 4x4 dans le désert, sous l'eau et même sur la Lune (!). Les amateurs remarqueront des scènes empruntées à Jurassic Park et Mad Max.

Contacté sur Facebook, Eugene Romanovsky assure que sa voiture est toujours en vente, même après avoir été vue plus de 800.000 fois sur Youtube. Il en demande environ 5.000 euros.

Choix de la station

France Bleu