Culture – Loisirs

L'oeil du web - Une balançoire qui ne s'arrête jamais, à Toulouse

Par Frédérique Daurelle, France Bleu lundi 3 octobre 2016 à 18:24

La YouTubeuse Lina Bikiche se filme, avec la balançoire derrière elle
La YouTubeuse Lina Bikiche se filme, avec la balançoire derrière elle - capture d'écran

Une balançoire intrigue Internet. Une petite anglaise fait sa révolution dans un magasin de vêtements. Grand Corps Malade chante depuis trois ans sur Facebook.

C'est l'oeil du web, une chronique à retrouver chaque matin 5h40 mais pas seulement, sur France Bleu.

Une balançoire qui inquiète, sur Facebook

C'est une YouTubeuse qui a fait la vidéo à Toulouse. Lina Bikiche venait de la clinique St Jean Languedoc, pour visiter une petite fille malade. Elle s'est ensuite arrêtée quelques minutes, dans le parc Alalouf, juste à côté, et se serait alors rendu compte que cette balançoire ne s'arrêtait jamais.

Postée sur Facebook, la vidéo a fait plus de 4 millions de vues en 24 heures. Et le buzz continue. Une histoire de fou, comme dit Lina. Alors certes, on voit comme elle, que la balançoire continue de se balancer. Mais comme elle nous la montre d'assez loin, on a très envie de lui demander de se rapprocher, pour être sûr que personne ne manipule l'objet, avec une ficelle par exemple.

Comme sur Facebook, la vidéo sur YouTube suscite beaucoup de réactions. Les internautes hésitent entre scepticisme, tentatives d'explications rationnelles, et crise de panique. Lina Bikiche assure qu'il ne s'agit pas d'un canular.

Une petite anglaise râle dans une boutique de vêtements

Daisy a 8 ans, sa mère l'a emmenée faire les boutiques. Mais elle en a assez de voir toujours le même type d'inscriptions sur les tee-shirts des filles, et sur ceux des garçons. L'enfant nous montre les "Hey!" " Beautiful" (Superbe) ou "I feel fabulous" (je me sens fabuleuse) pour les filles, tandis que coté garçons on peut lire " l'aventure n'attend pas", "pense en dehors de la boîte" ou "Héros".

"C'est pas juste, tout le monde croit que les filles devraient seulement être jolies, et les garçons aventureux"

"On ne devrait pas être différenciés, on est aussi bien les uns que les autres"

Du coup, Daisy déplace les vêtements de garçons, pour les installer avec ceux des filles. La vidéo approche les deux millions de vues sur Facebook en dix jours, et le magasin demande à la petite fille de venir tester sa prochaine collection.

Grand Corps Malade chante avec Richard Bohringer

C'était il y a trois ans, tout est parti d'une discussion entre les deux artistes. Ils décident alors de se produire dans des gares, pour chanter ce texte, "la course contre la honte". C'est une chanson sur ce monde qui court à sa perte, parce qu'il oublie l'humain, au profit des...profits. La vidéo a bien tourné, et elle revient en ce moment avec plus de trois millions de vues sur Facebook.

Partager sur :