Culture – Loisirs DOSSIER : 500 ans du Havre

L'œuvre de Claude Monet "Impression, soleil levant" est arrivée au Havre

Par Boris Hallier, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) et France Bleu mercredi 6 septembre 2017 à 19:32 Mis à jour le jeudi 7 septembre 2017 à 10:15

"Impression, soleil levant", de Claude Monet, a été transféré ce mercredi de Paris au Havre, sa terre natale.
"Impression, soleil levant", de Claude Monet, a été transféré ce mercredi de Paris au Havre, sa terre natale. © Radio France - Laure Verneau

Pour les 500 ans du Havre, le musée Marmottan de Paris prête au musée d’art moderne André Malraux le tableau Impression, Soleil Levant. Le tableau est arrivé au Havre ce mercredi. C'est la première fois que l'œuvre majeure de Claude Monet revient sur sa terre natale.

C’est l’histoire d’un petit tableau (48 x 63 cm) qui a donné son nom à l’un des plus grands courants artistiques français, l’impressionnisme. Impression, Soleil Levant est arrivé au Havre ce mercredi, prêté exceptionnellement par le musée Marmottan de Paris au musée d'art moderne André Malraux à l'occasion de la célébration des 500 ans du Havre.

La peinture représente le port du Havre avec au premier plan des barques, sur fonds de grues et de gréements. Le tout est plongé dans une brume laiteuse, bleutée. Un soleil rouge se reflète sur une mer d’huile et éclaire l’ensemble avec profondeur.

Ce n’est qu’en 2014 que des historiens vont enfin identifier la nature exacte de la peinture. Oui, il s’agit bien du port du Havre en direction du sud-est, avec l’Ecluse des Transatlantiques qui s’ouvre sur le bassin de l’Eure. Et oui, il s’agit bien d’un soleil levant et non d’un soleil couchant comme on l’a souvent lu. Claude Monet a peint ce paysage depuis sa chambre d’hôtel, l’hôtel de l’Amirauté, qui donne sur l’avant-port. « On me demanda un titre pour le catalogue, ça ne pouvait pas passer pour une vue du Havre : je répondis « Mettez Impressions », déclara le peintre dans un entretien publié en 1898. Mais est-ce que l’ancrage dans le réel est la clef la plus importante pour appréhender l’oeuvre ?

Le délicat transport du tableau de Monet

Pour acheminer l'oeuvre au Havre, il a fallu bien sûr prendre un luxe de précaution. On ne transporte pas n'importe comment une telle œuvre d'art. Il y a tout une procédure à respecter : la peinture étant vieille d’un siècle, « il est important d’optimiser ses conditions de conservations », explique Christian Chatelier, le restaurateur qui s’occupe du tableau.

Le tableau est décroché du mur du musée Marmottan à Paris avant d'être convoyé vers le MUMA au Havre.  - Radio France
Le tableau est décroché du mur du musée Marmottan à Paris avant d'être convoyé vers le MUMA au Havre. © Radio France - Laure Verneau

Celle-ci est déposée sur une table et le restaurateur peut alors procéder au constat de santé, autrement dit à l’analyse de l’état de l’œuvre. Adhérence de la matière sur la toile, ondulation, éclat sur le cadre, rayures… La peinture est passée au crible pendant une bonne vingtaine de minutes.

Le tableau de Claude Monet est inspecté avant d'être transféré au Havre.  - Radio France
Le tableau de Claude Monet est inspecté avant d'être transféré au Havre. © Radio France - Laure Verneau

« La matière est sensible aux changements climatiques qui peuvent altérer sa tenue et sa couleur », explique Christian Chevalier, armée d’une lampe frontale. Un seul éclat est à déplorer sur le cadre. « Ce tableau est dans un excellent état de conservation », conclut Christian Chatelier.

Ensuite, l’œuvre est fermement sanglée dans un carton dont l’intérieur est recouvert de mousse, puis mise dans une caisse en bois que les agents scellent avec des vis. Tout est fait pour que l’œuvre subisse le moins d’altérations possibles. « Le camion qui transporte le tableau possède des suspensions spécifiques pour éviter que l’œuvre ne subisse de choc en cas de freinage. Le véhicule est aussi climatisé à la température du musée ». De quoi parcourir les 200 km qui mènent au Havre dans de bonnes conditions.

Le tableau sera présenté au public à partir du dimanche 10 septembre au MUMA du Havre.