Basket – Handball – Volley

L'OLB en effectif (très) réduit à Lyon Villeurbanne

Par Benjamin Glaise, France Bleu Orléans jeudi 16 mars 2017 à 16:52

A l'aller, l'OLB de Verdell Jones s'était incliné de 17 points face à l'ASVEL (69-52), c'était le 21 janvier dernier
A l'aller, l'OLB de Verdell Jones s'était incliné de 17 points face à l'ASVEL (69-52), c'était le 21 janvier dernier © Maxppp - Eric Malot

Ce vendredi soir, Orléans est à l'Astroballe pour y défier le tenant du titre, Lyon Villeurbanne (23e journée de Pro A). Avec les intérieurs Dinal et Joseph incertains, l'ailier Mendy en sélection, l'OLB est très amoindri, mais a plus que jamais besoin de gagner pour croire encore au maintien.

Jusqu'où la poisse poursuivra-t-elle l'OLB ? La liste des blessures est déjà longue (Micah Downs, Abdel Sylla et Jonathan Kazadi), sans compter le pivot Ahmad Nivins qui ne peut pas jouer car le club a atteint son quota de joueurs américains avec l'arrivée de J.P. Prince la semaine dernière. Mais l'effectif s'est encore amoindri cette semaine avec le départ d'Antoine Mendy. L'ailier sénégalais a rejoint sa sélection pour l'aider à se qualifier pour l'AfroBasket de cet été. Ça tombe mal. "En termes d’effectif, on est dans une situation délicate, il n'y a pas beaucoup de joueurs aptes à jouer" reconnait le coach Thomas Drouot qui ajoute "malheureusement, j'ai déjà connu ça sur une période plus courte au Havre [relégué l'an dernier en Pro B] mais c'est très très rare. 3 joueurs du secteur intérieur blessés au même moment ça n'arrive pratiquement jamais dans une équipe. C'est très difficile à gérer."

C'est un effectif réduit qui s'est entraîné ce vendredi matin au gymnase Fouillade, le Palais des Sports étant occupé par le handball - Radio France
C'est un effectif réduit qui s'est entraîné ce vendredi matin au gymnase Fouillade, le Palais des Sports étant occupé par le handball © Radio France - Benjamin Glaise

Kévin Dinal pourrait jouer quelques minutes, Georgi Joseph incertain

De fait, la raquette orléanaise est non seulement orpheline d'Abdel Sylla mais elle pourrait l'être aussi des intérieurs Kévin Dinal et Georgi Joseph qui restent quant à eux incertains pour le match de ce vendredi soir. Le premier est toujours "très gêné" par sa blessure à l'épaule. "On va voir s'il peut nous aider quelques minutes contre l'ASVEL comme il l'a fait lors des derniers matches" note son entraîneur. Mais Thomas Drouot est pessimiste sur le court terme : "Malheureusement c'est une situation qui risque de durer, il ne sera pas de retour au top de sa forme dans les 10 jours qui viennent." C'est encore plus inquiétant pour Georgi Joseph qui ne s'est pas entraîné de la semaine et dont la participation au match contre Lyon Villeurbanne semble "compromise" de l'aveu de son coach. Si l'on fait les compte, l'effectif orléanais ne devrait compter que 7 joueurs professionnels aptes seulement. Autant dire très peu...

Le reportage de la rédaction sur l'effectif très réduit de l'OLB qui va défier l'ASVEL

Une situation qui complique un peu plus l'opération maintien

Une situation délicate qui survient en plein sprint final pour le maintien. Il ne reste plus que 12 matches à disputer et l'OLB, 17e et premier relégable, compte déjà deux victoires de retards sur les équipes de devant (1 victoire en réalité sur Antibes, 16e, mais qui possède l'avantage du point-average). L'OLB a des combattants mais pas en nombre suffisant pour rivaliser avec des adversaires directes qui se renforcent et qui glanent des victoires précieuses ces derniers temps. "C’est vraiment incroyable comme saison. C’est très difficile de rester positif parce que nous nous battons contre tellement de choses. Nous nous battons contre les blessures. Nous nous battons avec des gars comme Antoine Eïto ou moi qui revenons d’une longue convalescence. Nous avons des nouveaux joueurs que nous essayons d’intégrer. On a eu un changement de coach. Et maintenant c’est Antoine Mendy qui est absent pour deux semaines. Tout ça, c’est très difficile à gérer pour une équipe. Mais il n’y a qu’une chose à faire : c’est de rester positif et de continuer à nous battre" explique le capitaine Kyle McAlarney.

Séance de tirs à l'échauffement pour le capitaine Kyle McAlarney  - Radio France
Séance de tirs à l'échauffement pour le capitaine Kyle McAlarney © Radio France - Benjamin Glaise

7 joueurs professionnels aptes pour défier l'ASVEL

Après 6 défaites de rang, Orléans n'a jamais été aussi proche d'une relégation en Pro B. Même contre l'armada verte qu'est l'ASVEL, l'OLB n'a pas le choix et doit tout faire pour tenter de décrocher une victoire qui les fuit depuis maintenant plus de 2 mois. "Il faut croire en nos chances, si nous gagnons ne serait-ce qu'un match, ça pourrait tout changer" affirme Kyle McAlarney. Lors des trois derniers matches, les Orléanais ont dominé leur sujet pendant 30 à 35 minutes avant de craquer. Le fait de n'avoir que 2 joueurs professionnels en rotation risque de pénaliser encore un peu plus une équipe qui peine à terminer ses rencontres, surtout face à une équipe de l'ASVEL, plus gros budget de Pro A et dont l'effectif est l'un des plus fournis du championnat. Pour le capitaine orléanais, la clé sera de contrôler le jeu et de respecter à la lettre les systèmes travaillés à l'entrainement, tout en faisant le moins de fautes possibles compte tenu de l'effectif, pour espérer faire un exploit à l'Astroballe.

L'international espoir français Luc Loubaki (20 ans) était le premier à l'entrainement ce vendredi matin. Compte tenu des blessures, il pourrait de nouveau grappiller des minutes ce samedi soir pour soulager ses coéquipiers - Radio France
L'international espoir français Luc Loubaki (20 ans) était le premier à l'entrainement ce vendredi matin. Compte tenu des blessures, il pourrait de nouveau grappiller des minutes ce samedi soir pour soulager ses coéquipiers © Radio France - Benjamin Glaise

Une nouvelle recrue pour la réception de Nancy le 25 mars ?

Le week-end dernier, Laurent Lhomme annonçait la volonté du club d'utiliser le dernier contrat autorisé par la ligue en recrutant un ultime joueur. Thomas Drouot espère que le renfort arrivera à temps pour la réception de la lanterne rouge Nancy, une rencontre cruciale en vue du maintien. Si aucun marché n'a encore été conclu c'est parce que l’entraîneur attend les résultats des examens médicaux de certains blessés. De fait cela aura des conséquences pour savoir s'il vaut mieux recruter un meneur ou un joueur intérieur. "On fait un état du marché des joueurs Bosman, Cotonou et JFL [joueurs formés localement]. On a différentes pistes mais c'est l'évolution médicale des joueurs actuellement indisponibles qui va faire que que l'on va choisir une option plutôt qu'une autre. Si on apprend que nos joueurs intérieurs sont out jusqu'à la fin de la saison, on n'utilisera pas l'option d'un meneur pour remplacer Jonathan Kazadi" explique Thomas Drouot. Dans une situation d'urgence, le club ne veut pas se tromper dans son dernier recrutement possible de la saison.

"On a besoin d'un déclic parce qu'à chaque fois on est dans les matches" Thomas Drouot, entraîneur de l'OLB

Le champion de France en titre n'est pas maître en sa maison

Après Le Mans et Gravelines-Dunkerque, c'est une nouvelle grosse équipe que l'OLB s'apprête à affronter. Une équipe, 8ème de Pro A et championne de France en titre, que redoute Thomas Drouot : "C'est sûr que quand on regarde la feuille de marque au départ avec le nombre de joueurs qu'ils ont et la qualité des joueurs qu'ils ont, on se dit que ça va être compliqué. Une fois qu'on a dit ça, il va falloir faire le match et tout faire pour les embêter le plus possible. Il suffit qu'on tombe dans un jour où ils ont très peu adresse ou qu'ils s'énervent parce qu'ils sont en difficulté face à une équipe pas bien classée pour y arriver. Il faut qu'on joue notre chance à fond tout simplement." Toute la question sera de savoir aussi quelle équipe de l'ASVEL se présente en face : celle qui rayonne en coupe d'Europe et qui a brillé en Leaders Cup (finaliste) ou celle inconstante du championnat ? Par ailleurs, Lyon Villeurbanne a du mal à domicile. Avec 5 victoire en 12 matches, c'est l'une des moins bonnes équipes du championnat à la maison. De quoi croire à l'exploit ? "C'est la caractéristique de notre équipe, moi qui suis là depuis la saison dernière, c'est toujours quand on nous attend pas que l'on réussit à faire de grosses performances" lance l'international espoir Luc Loubaki. A 12 matches de la fin de la saison, c'est tout ce dont a besoin l'OLB pour croire encore à ses chances de se maintenir en Pro A.