Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'opéra de Tours diffuse un opéra enregistré sans public fin janvier

-
Par , France Bleu Touraine

Fermé depuis des mois, l'opéra de Tours a accueilli fin janvier musiciens et chanteurs pour l'enregistrement de l'opéra Don Pasquale de Donizetti. Une captation sans public qui sera diffusée à la fin du mois de mai, sur la plateforme Recithall.

Les musiciens de l'orchestre ont dû respecter les distances règlementaires, et pour certains sortir de la fosse de l'opéra de Tours
Les musiciens de l'orchestre ont dû respecter les distances règlementaires, et pour certains sortir de la fosse de l'opéra de Tours © Radio France - Romain Dézèque

Pas de public, pas de mise en scène. Mais une renaissance tout de même pour l'opéra de Tours. Après des mois sans représentation, ses murs ont pu de nouveau vibrer fin janvier. L'opéra Don Pasquale de Donizetti a été enregistré en vue d'une diffusion fin mai sur la plateforme Recithall. "C'est plus qu'un soulagement" raconte le directeur Laurent Campellone, "quand les murs de cette maison résonnent des instruments et des voix, elle retrouve son sens premier. C'est comme une renaissance."

Espacement nécessaire entre les chanteurs et les musiciens

"C'est une grande joie car la dernière fois que j'étais sur scène, c'était en mars 2020" confie Laurent Naouri, le baryton qui interprète le personnage de Don Pasquale. Pour cette captation, pas de mise en scène mais une mise en place, c'est à dire une version édulcorée afin de respecter sur scène les distanciations et les gestes barrières. Idem pour les musiciens de l'orchestre, espacés les uns des autres et qui ont dû s'installer hors de la fosse, lieu qui leur est d'habitude réservé. 

L'absence du public change-t-elle la performance ? Oui, explique le baryton Florian Sempey, interprète de Malatesta : "ça va permettre beaucoup plus de subtilité, de dynamiques différentes dans l'interprétation et dans la voix. On va pouvoir se permettre de chanter un peu moins fort puisque le son sera parfaitement capté par les micros. Le spectacle que les gens verront chez eux sera peut-être beaucoup plus net, beaucoup plus contrasté que celui qu'ils pourraient voir dans la salle."

Le coût de cet enregistrement est estimé à 30.000 euros. L'Opéra de Tours rouvrira ses portes le 19 mai, et lancera son "festival d'ouverture".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess