Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : L’Yonne revisitée

L'Yonne revisitée : l'abbaye de Pontigny, un joyau de l'architecture cistercienne

-
Par , France Bleu Auxerre

L'Yonne revisitée est votre série estivale pour (re)découvrir chaque fin de semaine les sites touristiques de notre département. Ce week-end, direction le plus grand monument cistercien encore intacte en France, l'abbaye de Pontigny fondée au début des années 1100.

Rien n'est laissé au hasard dans l'abbaye de Pontigny : chaque élément architectural est à sa place.
Rien n'est laissé au hasard dans l'abbaye de Pontigny : chaque élément architectural est à sa place. © Radio France - Lucas Archassal

C'est un des monuments les plus connus du département de l'Yonne, un monument architectural et religieux qui ne fait face à aucun équivalent dans le pays : l'abbaye cistercienne de Pontigny, fondée en 1114, est le site que nous avons décidé de vous faire redécouvrir dans le cadre de notre série d'été « L'Yonne revisitée ». Un joyau de plus de 900 ans, encore intact, mêlant l'art roman à l'art gothique. À l'intérieur, le minimaliste l'emporte : pierres calcaires blanches, aucune couleur, aucun vitrail, on ne trouve aucun artifice architectural à l'intérieur de l'église. 

L'atmosphère cistercienne de Pontigny

C'est ce mouvement architectural, celui de l'ordre cistercien du XIIe siècle, qui touche en premier le visiteur. Micheline Durand, présidente des Amis de Pontigny, nous explique : « Bernard de Chartres disait "nous sommes des nains sur des épaules de géants". L'atmosphère qui règne à l'intérieur de l'abbaye, c'est déjà la lumière, la blancheur, la grandeur, l'espace, la longueur. »

"À quoi reconnaît-on une abbaye cistercienne ?  Le dénuement, pas de vitraux, pas de couleurs, pas d'images, pas de chapiteaux sculptés." - Micheline Durand, présidente des Amis de Pontigny

Et puis, c'est aussi le silence monastique et la lumière qui réchauffe la pierre nue et crémeuse. « L'architecture cistercienne c'est aussi la recherche de l'essentiel, confie Micheline Durand. Avec une seule voix, on peut remplir cet énorme vaisseau de pierre. » C'est ce courant artistique qui a mené ensuite les bâtisseurs de tels écrins à des innovations architecturales. « Pontigny est le passage entre l'art roman et l'art gothique. Ce n'est pas par désir de faire beau, c'est parce qu'on va rechercher les éléments qui sont essentiels pour supporter la masse. » 

L'abbaye de Pontigny n'a presque plus de secrets pour Micheline Durand, conservatrice du patrimoine et présidente des Amis de Pontigny.
L'abbaye de Pontigny n'a presque plus de secrets pour Micheline Durand, conservatrice du patrimoine et présidente des Amis de Pontigny. © Radio France - Lucas Archassal

La plus grande abbaye cistercienne encore intacte du pays

Si Micheline Durand glisse secrètement au détour d'une phrase que l'abbaye de Pontigny reste trop méconnue selon elle, c'est aussi peut-être parce que l'édifice impressionne par son âge et son altération. « Elle est extraordinaire parce qu'elle est le seul exemple en Europe de cette taille et de cette époque. Il en existe d'autres qui n'existent plus comme Cîteaux ou Clairvaux. » En d'autres termes, l'abbatiale de Pontigny est la seule en France à pouvoir nous offrir une telle image intacte de la naissance de l'art cistercien au XIIe siècle.

Les guerres de religion, la Révolution, les conflits mondiaux du XXe siècle... L'abbaye de Pontigny a survécu à neuf siècles. Pour Micheline Durand, il y en a un qui n'y est peut-être pas pour rien. « Saint-Edme, archevêque de Cantorbéry. À la suite de Thomas Becket et d'Étienne Langton, il vient trouver refuge à Pontigny. Il va vouloir être enterré à Pontigny. Saint-Edme a été canonisé ici. » S'en est suivi une dévotion populaire à l'égard de Saint-Edme. « Allez voir le cimetière, tous les Saint-Edme que l'on rencontre. Tous les pèlerinages ont fait qu'on n'a pas touché pas à l'église pendant la Révolution. »

L'art cistercien, objet de travail de Christian Rondet

L'abbaye de Pontigny accueille tout le mois d'août une exposition du photographe plasticien Christian Rondet intitulée « Lumières cisterciennes ». L'artiste nous fait découvrir un travail de longue haleine où le challenge est « de montrer l'invisible, montrer la force de la lumière par le jeu de la photographie.

Mais pourquoi les abbayes cisterciennes ? Réponse de l'intéressé : « Parce qu'elles sont sobres et n'ont aucune décoration. La lumière y est blanche, naturelle. Le son y est pur. Le silence est présent constamment et vraiment. J'ai voulu aussi partir sur les traces d'autres piliers de la photographie, comme Lucien Hervé, qui a beaucoup travaillé avec Le Corbusier dans les années 50, et notamment à l'abbaye du Thoronet. » Et pourquoi l'abbaye de Pontigny en particulier ? Christian Rondet habite non loin du monument. « C'est un lieu exceptionnel par la blancheur de sa pierre, la lumière qui y pénètre, la hauteur des voûtes. »

Choix de la station

À venir dansDanssecondess