Culture – Loisirs

La 25e heure du livre : "Un investissement financier et beaucoup d'énergie dépensée"

Par Ruddy Guilmin, France Bleu Maine vendredi 7 octobre 2016 à 11:21

Grégory Chaquin, fondateur de la maison d'édition mancelle Libra Diffusio
Grégory Chaquin, fondateur de la maison d'édition mancelle Libra Diffusio © Radio France

C'est l'heure des ultimes préparatifs pour le salon du livre du Mans qui s'ouvre ce week-end. Mais pour l'éditeur local Libra Diffusio, qui investit quelques milliers d'euros pour être présent, ce moment incontournable est en préparation depuis des mois.

Les derniers préparatifs battent leur plein au Quinconces, au Mans, pour accueillir les centaines d'auteurs et les dizaines de milliers de visiteurs attendus ce week-end au salon du livre. Mais pour certains exposants, c'est la dernière ligne droite d'une véritable course de fond : "Ça se prépare quasiment neuf mois à l'avance, explique Grégory Chaquin, le patron des éditions Libra Diffusio, parce que souvent, on a des publications qui sont un peu liées au salon." Histoires secrètes de la cité Plantagenêt a par exemple été réédité exprès pour l'événement. Le roman de Steevy, Le Devoir avant tout a également été produit en partie pour ce moment-là.

La semaine qui précède, et à plus forte raison le week-end du salon lui même, constituent donc le sprint final. Et c'est un peu éprouvant : "Les équipes sont un peu épuisées à la fin de la semaine. Entre préparer les cartons, comptabiliser le nombre d'ouvrage, l'installation sur le site et gérer les imprévus... C'est beaucoup d'énergie." Et c'est aussi un peu d'argent : pour payer l'emplacement, les retirages, les heures supplémentaires du personnel et tous les frais annexex, Libra Diffusio dépense entre "trois et quatre mille euros" pour préparer le salon.

Partager sur :