Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

La 4e saison de Fortnite Battle Royal débarque : les joueurs périgourdins racontent

mercredi 2 mai 2018 à 5:35 Par Willy Moreau, France Bleu Périgord

Le jeu vidéo Fortnite Battle Royal a séduit des millions de joueurs à travers le monde. La 4e saison a démarré ce mardi. Des Périgourdins racontent leur expérience.

Florian, 19 ans, joue quasiment trois heures par jour dans son appartement de Bergerac.
Florian, 19 ans, joue quasiment trois heures par jour dans son appartement de Bergerac. © Radio France - Willy Moreau

Dordogne, France

Des millions de joueurs à travers le monde ont déjà tenté l'expérience Fortnite Battle Royal. Ce jeu vidéo gratuit présent sur ordinateur, Playstation ou Xbox consiste à tuer ces adversaires sur une carte qui se réduit au fur et à mesure. La 4e saison arrive ce mardi avec des mises à jour importantes. Des Périgourdins l'ont testé et sont plutôt satisfaits. 

Un jeu addictif

Tous les deux à trois mois, l'éditeur du jeu met à jour Fortnite. C'est ce qu'on appelle une saison. "Il y a plus d'accessoires et de nouvelles cartes", explique David, un membre de l'association E Gaming Bergeracois. Ce trentenaire s'est mis à jouer à Fortnite Battle Royal dès sa sortie en septembre dernier. 

Selon lui, si le jeu rencontre un tel succès, c'est en partie grâce à sa gratuité : "Ça séduite les jeunes". Cela n'empêche pas de dépenser de l'argent car certaines options sont payantes. David a dépensé "cinquante euros" depuis huit mois. 

Pour Florian, un lycéen bergeracois de 19 ans quasiment plongé dans le noir devant sa télévision, la clé du succès se trouve plutôt dans le caractère enfantin du jeu : "C'est un peu gamin. Il n'y a pas de sang comme dans d'autres jeux comme Call of Duty"

Les illustrations sont effectivement très colorées et le paysage bucolique.