Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La bière nordiste Pelforth fête ses 100 ans

Cent ans après sa création à Lille, la bière emblématique du Nord va réimprimer ses anciennes étiquettes, une sorte de clin d’œil pour remercier ses clients du Nord et du Pas-de-Calais.

L'emblématique Pélican est inspiré d'une danse fox-trot très populaire en 1921.
L'emblématique Pélican est inspiré d'une danse fox-trot très populaire en 1921. - Anne-Lyvia Tollinchi

C'est dans un entrepot lillois que "La brasserie du Pélican" voit le jour en 1921. Créée par trois brasseurs de la ville, Louis Boucquey, Armand Deflandre et Raoul Bonduel, la nouvelle bière a les deux pieds dans le Nord mais la tête tournée vers le Royaume-Uni. "En fait, le tournant, c'est l'année 1937, raconte Antoine Clément, le directeur du site Heineken à Mons-en-Baroeul où la Pelforth est produite. C'est le moment où la marque crée la _Pelforth 43, une bière brune douce amère inspirée des bières anglaises_."

Alors qu'à cette époque, tous les Nordistes boivent de la blonde, la Pelforth 43 connaît un grand succès. À tel point que la marque décide de changer de nom et se rebaptise Pelforth. 

Pel pour Pelican, c'était une danse de fox-trot très populaire à ce moment là; fort pour son gout prononcé et le h à l'anglaise parce que c'était la mode à l'époque."

Avec 200 000 hectolitres produits par an à partir de 1945, la Pelforth devient alors la brasserie la plus importante du Nord. Elle doit même déménager sur le site de Mons-en-Baroeul pour pouvoir produire en plus grande quantité.

C'est dans cette cuve en cuivre que la bière était brassée dans les années 1950.
C'est dans cette cuve en cuivre que la bière était brassée dans les années 1950. - Anne-Lyvia Tollinchi

Ambitieuse, la marque décide de se faire connaître au delà des Hauts-de-France en sponsorisant le tour de France en 1964. Et après la victoire de l'équipe Pelforth-Sauvage-Lejeune en 1968, elle devient une des bières les plus populaires du pays.

Rachetée en 1986 par le groupe Heineken, qui produit également la Desperados, la Edelweis ou encore la Mort subite, la Pelforth tient à garder ses racines dans la région. "Il y a un vrai attachement à cette bière dans le Nord et dans le Pas-de-Calais, on le sent bien, reconnaît Antoine Clément. On dit souvent, Pelfort, c'est une bière de caractère qui représente aussi la convivialité ... exactement comme les gens du Nord." Les deux départements sont d'ailleurs largement devant les autres en terme de consommation des bières de la marque.

Aujourd'hui, ce sont 450 000 hectolitres de Pelforth qui sortent en bouteille du site de Mons-en-Baroeul, ce qui représente environ 13% des volumes de production du site et 2,4 % de part de marché en France.

On en produit plus qu'il y a cent ans, c'est sûr, mais les recettes n'ont pas changé, on brasse toujours de la même façon.

Pour marquer le coup des 100 ans, la marque a donc décidé de réimprimer jusqu'à la fin de l'année les anciennes étiquettes qui ont traversé le temps. Des fanions et des échantillons seront également distribués dans les bistrots, les restaurants et les bars du Nord, à défaut de pouvoir organiser un événement en présentiel à cause de la crise sanitaire. 

Reportage sur le site de Mons-en-Baroeul

Article signé Anne-Lyvia Tollinchi.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess