Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

La dernière kiosquière de Belfort prend sa retraite après 39 ans d'activité

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Place Corbis ou devant le magasin Monoprix, Annette Weytens a passé 39 ans dans son kiosque, 64h par semaine ! Elle prend sa retraite ce samedi, avec un pincement au coeur et au grand regret des ses clients. Le kiosque pourrait vivre ses dernières heures !

Annette Weytens a passé 39 ans dans son kiosque !
Annette Weytens a passé 39 ans dans son kiosque ! © Radio France - Hugo Flotat-Talon

Belfort, France

La Coupe du Monde 1998, les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis ou ceux de 2015 en France. Autant d’événements qu'Annette Weytens a vécu de l'intérieur de son kiosque à journaux, le lendemain de ces grands événements. "C'était des jours incroyables en terme de vente", se souvient la kiosquière, installée devant le magasin Monoprix au centre-ville de Belfort depuis 11 ans. "Et pendant 28 ans sur la place Corbis auparavant", sourit-elle. Après 39 ans d'activité, Annette prend sa retraite ce samedi. "C'est sur ça va me faire un petit pincement au cœur, il va falloir que je m'y fasse", confie-t-elle entre les quelques 2 à 300 titres du kiosque.

Un point de rencontre

Annette devait déjà prendre sa retraite il y a 4 ans, mais elle avait prolongée ! "Elle parlait encore de rester mais on lui a dit de partir, c'est chacun son tour", sourit Jacqueline, une habituée. "J'ai déjà reçu plein de cadeaux. On peut pas s'imaginer les liens qui se sont crées ! Il y a d'ailleurs des gens auxquels que je tiens beaucoup, qui étaient toujours là avec une petite gentillesse, des gens formidables ! Il y en a que je reverrai même !", sourit Annette. "Je viens me détendre ici, souvent on se retrouve à plusieurs pendant une heure le samedi. Quand elle va partir, on n'aura plus de point de rencontre, on va aller où ? On va tous avoir la larme à l’œil quand elle va partir ! Une page se tourne", raconte Jacqueline.

Le kiosque est un vrai lieu de rencontre et d'échange pour beaucoup d'habitués. - Radio France
Le kiosque est un vrai lieu de rencontre et d'échange pour beaucoup d'habitués. © Radio France - Hugo Flotat-Talon

"Le contact humain est important"

Dans son kiosque, Jacqueline raconte son métier et ses évolutions. "Avant on avait deux journaux locaux, et les quotidiens nationaux n'étaient pas aussi nombreux". Elle montre les "People" qui s’étalent par dizaine. "Ca n'existait pas avant, il y avait Match mais pas tout le reste. Et c'est incroyable tout ce que je vends". Un enfant passe avec son papa en lançant un bonjour. "Les gamins sont toujours venus par contre, les vignettes à coller ne sont jamais passées de mode". Pas passé de mode non plus, le Canard Enchainé, hebdomadaire satirique du mercredi. "J'aurais pu m'abonner, mais je préfère venir ici, je préfère le contact humain, c'est important", explique Gerard Behra, qui achète le journal toutes les semaines.

Si Anette Weytens va vider son kiosque avec un peu de tristesse, elle avoue tout de même son soulagement. "Je vais prendre du temps pour moi, penser à moi, j'ai toujours couru dans tout ce que je faisais. Et c'est épuisant tout de même de travailler à son compte et de ne compter que sur soi-même". Après la fermeture ce samedi, Annette fera son inventaire début mai et rendra les clés. "Ce qui me fait le plus de mal, c'est que le kiosque va disparaître, c'est dommage !", estime-t-elle. Nul ne sait en effet aujourd'hui si la boutique restera en place. La Mairie de Belfort qui loue l'emplacement indique simplement qu'elle est en discussion avec un repreneur mais rien n'est acté officiellement.

Un repreneur serait sur les rails mais rien n'est officiellement acté. - Radio France
Un repreneur serait sur les rails mais rien n'est officiellement acté. © Radio France - Hugo Flotat-Talon
Choix de la station

France Bleu