Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

La dernière librairie de Vitry pourrait bien disparaître

mardi 1 décembre 2015 à 10:33 Par Martine Bréson et Virginie Pironon, France Bleu Paris

Vitry, deuxième ville du Val-de-Marne avec plus de 85.000 habitants, pourrait bientôt perdre sa seule et unique librairie généraliste.

Quand une librairie ferme, c'est un peu de lien social qui disparait.
Quand une librairie ferme, c'est un peu de lien social qui disparait. © Radio France - Martine Bréson

Vitry-sur-Seine, France

La seule et unique librairie généraliste de Vitry est menacée de fermeture. C’est en 1932 que "Plein Ciel", une librairie familiale, a été ouverte dans la deuxième ville du Val-de-Marne. Mais les 85.000 habitants de Vitry pourraient bientôt perdre leur librairie.

Le gérant, âgé de 62 ans, a décidé de prendre sa retraite et il ne trouve pas de repreneur. Pour essayer de maintenir coûte que coûte l’activité de la librairie, une pétition a été lancée par les cinq employés de l’établissement. On peut la trouver sur le site MesOpinions.com. sous le titre "Sauvons la librairie papeterie de Vitry".  Cette pétition avait recueilli mardi midi, 252 signatures. Les commerçants de Vitry se sont mobilisés. La pétition doit être remise à la mairie avant le conseil municipal du 9 décembre 2015.

Les habitants sont très attachés à leur librairie. Pour Françoise, une librairie c’est "une ouverture, un regard sur le monde". Elle vient y chercher des conseils "C’est un lieu d’échanges", dit-elle.

Pour l’instant, aucun repreneur ne s’est fait connaître. Inquiets, les salariés se mobilisent, ils pensent à la création d’une coopérative. La mairie a déjà promis qu’elle ferait tout pour maintenir l’activité. Mais les sommes nécessaires sont importantes. Il faudrait 300.000 euros sans compter les stocks. Il reste 6 mois pour trouver un projet qui permettrait à la librairie de ne pas mettre la clé sous la porte.