Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

La dernière saison du Cirque Plume à la Saline Royale d'Arc-et-Senans annulée

-
Par , France Bleu Besançon

C'est une immense déception pour le Cirque Plume et son public. Les représentations du spectacle "La dernière saison", prévues du 4 au 29 août 2020 à la Saline Royale d'Arc-et-Senans sont annulées, en raison des contraintes sanitaires et administratives, liées à la pandémie de coronavirus.

En raison des contraintes sanitaires et administratives, la Saline royale d’Arc-et-Senans et le Cirque Plume annulent les 20 représentations prévues en août 2020 (photo d'illustration, Le Cirque Plume en juin 2017)
En raison des contraintes sanitaires et administratives, la Saline royale d’Arc-et-Senans et le Cirque Plume annulent les 20 représentations prévues en août 2020 (photo d'illustration, Le Cirque Plume en juin 2017) © Maxppp - Pierre AUGROS

L'immense déception du Cirque Plume et de tout un public fidèle depuis 30 ans : les 20 représentations du spectacle "La dernière saison", initialement prévues du 4 au 29 août 2020 à la Saline Royale d'Arc-et-Senans sont annulées, en raison des contraintes sanitaires et administratives, liées à la pandémie de coronavirus. Le chapiteau ne doit accueillir que 160 personnes (règles de distanciation). 

Or, pour ne pas perdre d'argent et mettre en danger la compagnie, il faut au Cirque Plume un minimum de 500 personnes. Sinon "autant boucler la boîte tout de suite", confie, dépité, le directeur de la compagnie, Bernard Kudlak. On perd tellement d'argent qu'on ne peut pas faire face".

Un véritable crève-coeur pour le Cirque Plume. "On avait prévu une fête merveilleuse, raconte Bernard Kudlak. Et la fête tombe à l'eau. C'est triste. On a déjà annulé 50 dates. Il y a 50.000 personnes qui avaient acheté des places depuis le mois de janvier et qui n'ont pas pu voir le spectacle. Et nous n'avons pas pu jouer nos spectacles pour la dernière rencontre qu'on avait avec un public fidèle depuis 30 ans". 

Tristesse et colère

Le fondateur du Cirque Plume y a cru jusqu'à la dernière minute et ne cache pas sa déception, mais aussi sa colère. La compagnie a consacré sa vie "à la joie, à la rencontre, à l'échange, à l'art du cirque, à la poésie", confie-t-il dépité. Et cette année était la dernière. "On se trouve étranglé par les circonstances" poursuit Bernard Kudlak, mais qui sont dues dit-il, à la façon dont on gère la planète, "uniquement pour le fric. Voilà pourquoi il y a le Covid, parce qu'on sabote tout sur cette planète!".

Pour ce qui est des représentations à l'automne à la Rodia à Besançon : "aux mêmes conditions les mêmes résultats" indique aujourd'hui Bernard Kudlak. Le Cirque Plume espère donc que les conditions sanitaires auront changé d'ici là.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu