Culture – Loisirs

La France et les Pays-Bas vont acheter ensemble deux Rembrandt pour 160 millions d'euros

Par Marina Cabiten, France Bleu mercredi 30 septembre 2015 à 13:42

Un Rembrandt exposé aux Pays-Bas
Un Rembrandt exposé aux Pays-Bas © Maxppp

La France et les Pays-Bas vont acheter ensemble, pour 160 millions d'euros, deux portraits de Rembrandt mis en vente par la famille Rothschild, a indiqué mercredi la ministre néerlandaise de la Culture.

Ce sont deux toiles qui n'ont été montrées qu'une seule fois au public en 150 ans, et elles pourront bientôt être admirées au Louvre. La France et les Pays-Bas ont annoncé mercredi l'acquisition commune de deux tableaux du maître néerlandais Rembrandt, pour 160 millions d'euros. 

Un duo inséparable

Ces toiles, mises en vente par la famille Rothschild, lui appartiennent depuis plus d'un siècle. Elles sont datées de 1634 et représentent deux notables à la veille de leur mariage. Les deux toiles "seront toujours exposées ensemble, de manière alternée, dans les deux musées les plus renommés et les plus visités d'Europe, le Rijksmuseum et le Louvre", a déclaré la ministre néerlandaise de la Culture.

Une collaboration diplomatique inédite

"Maintenant que le financement est immédiatement disponible du côté français, le gouvernement est résolu à acquérir les portraits de mariage de manière conjointe avec la France", a indiqué la ministre Jet Bussemaker dans une lettre adressée au parlement néerlandais. Elle a souligné que l'accord avait été conclu entre le Premier ministre néerlandais Mark Rutte et le président français François Hollande lors d'une rencontre à New-York.  

"Le propriétaire actuel des peintures soutient cette forme unique de collaboration culturelle européenne", a-t-elle ajouté.  Mais cette collaboration n'était à la base pas désirée par les Pays-Bas, qui auraient aimé acheté seuls les chefs-d’œuvres. La question des détails pratiques, comme les assurances, les restaurations ou les expositions, sera abordées dans un accord qui sera signé par les autorités française, néerlandaises et le vendeur, selon la ministre.