Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

"La joie revient toujours après la peine", la directrice du théâtre de la Criée de Marseille cite Apollinaire

-
Par , France Bleu Provence

Après plus de trois mois d'occupation par notamment des intermittents du spectacle, une longue période de fermeture à cause de la crise sanitaire, le théâtre de la Criée à Marseille revit. Sa directrice, Macha Makeïeff, exprime son soulagement et ses projets pour cette renaissance.

La manifestation des intermittents du spectacle devant La Criée
La manifestation des intermittents du spectacle devant La Criée © Radio France - Philippe Boccara

Cette fois, c'est officiel : le théâtre de la Criée à Marseille va rouvrir. Depuis ce mercredi, les dizaines d'intermittents du spectacle et étudiants qui occupaient les locaux ont quitté les lieux. Depuis plus de trois mois, le théâtre était occupé pour protester contre la réforme de l'assurance chômage. Une mobilisation qui a repoussé la réouverture du théâtre dans le cadre du déconfinement. Mais la directrice, Macha Makeïeff, veut maintenant tourner la page et ne penser qu'à l'avenir, à la "renaissance" du théâtre. Elle cite pour cela une phrase du poème "Le Pont Mirabeau" de Guillaume Apollinaire : "La joie venait (vient) toujours après la peine". 

"Je voudrais parler de la joie qui vient après un moment difficile pour tout le monde, cette pandémie, cette occupation bien-sûr mais maintenant, nous sommes sur le pont pour aborder l'ouverture le 19 juin." - Macha Makeïeff

Les occupants avaient pris place pour réclamer l'abandon de la réforme de l'assurance chômage, qui doit entrer en vigueur début juillet, et la prolongation de l'année blanche après des mois d'inactivité. Ils inscrivaient aussi leur mouvement dans une convergence de luttes anti-raciste, anti-sexiste ou contre les violences policières. 

Une contestation que ne veut pas trop commenter Macha Makeïeff : "Je pense qu'il faut que nous prenions tous du recul. C'était un mouvement national, c'est quelque chose qui n'était pas propre à la Criée, c'était quelque chose qui était brouillé. Je n'ai pas tout compris. Et je ne voudrais pas qu'on reste dans quelque chose qu'on aurait mal perçu. Il faut maintenant construire et ouvrir le théâtre". 

Deux spectacles sont prévus les 19 et 20 juin dans le cadre du festival de Marseille. Et la directrice promet que les spectateurs seront accueillis dans le respect des consignes sanitaires : "Nous sommes devenus les champions toutes catégories du protocole sanitaire". Quant au pass sanitaire nécessaire pour les rassemblements de plus de 1.000 personnes, pour Macha Makeïeff, "tout ce qui peut-être mis en place pour permettre ces grands rassemblements est très bienvenu". 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess