Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture - Loisirs

Vice-championne d'Europe, la lanceuse de marteau Alexandra Tavernier a besoin de 50 000 euros pour pouvoir s'entraîner

Vice-championne d'Europe à Berlin au mois d'août, la lanceuse de marteau haut-savoyarde Alexandra Tavernier n'a plus de terrain d'entraînement depuis que la commune de Lannion, en Bretagne, a démonté ses installations. L'Annécienne lance donc une cagnotte pour financer un nouveau terrain.

Alexandra Tavernier a décroché la médaille d'argent aux championnats d'Europe de Berlin au mois d'août.
Alexandra Tavernier a décroché la médaille d'argent aux championnats d'Europe de Berlin au mois d'août. - Maxppp

Haute-Savoie, France

On peut donc être médaillée aux championnats du monde et vice-championne d'Europe et se retrouver sans terrain d'entraînement. C'est ce qui arrive en ce moment à la lanceuse de marteau Alexandra Tavernier, née à Annecy il y a 24 ans. Elle a brillé à Berlin au mois d'août avec cette médaille d'argent aux championnats d'Europe et un record de France de la discipline (à 74,78 mètres), mais aujourd'hui elle est obligée de rouler 200 kilomètres par jour pour aller s'entraîner.

Autour de 50.000 euros espérés

A la fin du printemps dernier, la commune de Lannion, en Bretagne, a décidé de démonter les installations qui servaient à Alexandra Tavernier, par mesure de sécurité. La haut-savoyarde, qui vit aujourd'hui en Bretagne, est donc en quête d'un nouveau terrain proche de chez elle, pour éviter de faire autant de kilomètres par jour. "C'est de la fatigue et c'est dangereux. En plus je suis des études de psychologie, donc je perds beaucoup de temps. Aujourd'hui la commune de Ploumilliau est prête à nous prêter un terrain à dix minutes de là où je vis, mais installer une cage de lancer coûte très cher".

"Dans l'idéal on a besoin de 50 000 euros" Alexandra Tavernier

C'est pourquoi Alexandra Tavernier vient de lancer une cagnotte sur le site leetchi.com dans l'espoir de récolter autour de 50.000 euros. "_Une cage coûte 15.000 euros_, au moins autant pour les fondations et il faut aussi penser à la main-d'oeuvre pour l'installer. Je sais que c'est beaucoup mais ce projet pourrait servir aussi à accueillir d'autres sportifs et des formations d'entraîneurs."

Alexandra Tavernier prépare déjà les prochains championnats du monde qui se dérouleront à Doha, au Qatar, à la fin du mois de septembre 2019 et elle a aussi en ligne de mire les Jeux Olympiques de Tokyo à l'été 2020.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu