Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

La Lorraine Maria Pourchet sur la liste du Goncourt : "je suis encore sonnée"

Par

L'autrice lorraine Maria Pourchet figure sur la première liste du prestigieux prix Goncourt. L'écrivaine originaire d'Epinal se dit "honorée" et "surprise" par cette sélection.

Maria Pourchet retenue sur la première liste du prix Goncourt Maria Pourchet retenue sur la première liste du prix Goncourt
Maria Pourchet retenue sur la première liste du prix Goncourt - Richard Dumas

Le prix Goncourt 2021 reviendra-t-il à une écrivaine lorraine le 3 novembre prochain ? Impossible à dire mais Maria Pourchet figure sur la liste du prix Goncourt, publiée ce mardi 7 septembre. Son sixième roman, "Feu" , publié chez Fayard a été retenu par les académiciens. Une surprise pour l'autrice de 41 ans, originaire d'Epinal, et qui vit aujourd'hui en région parisienne. Très surprise, elle a accepté de réagir à cette nouvelle sur France Bleu Sud Lorraine.

Publicité
Logo France Bleu

France Bleu : Vous vous attendiez à cette présence sur la première liste du Goncourt ? 

Maria Pourchet : Je ne m'y attendais vraiment pas. Je m'attendais même au contraire. Je savais que cette semaine, c'est la semaine des prix. Mais il n'y avait pas suffisamment de rumeurs positives pour espérer ça. Je suis encore sonnée. Je n'ai pas de phrase, d'adjectif pour qualifier ma joie, ma surprise. C'est ce sentiment de fierté très particulier qui rejoint les sentiments qu'on peut avoir au collège, au lycée après le bac français, où on se sent honorée et heureux. Honoré, oui, il y a quelque chose de cet ordre là, que je ne connaissais pas encore. Je suis très émue.

Ca change quoi d'être sur la liste du Goncourt ?

C'est le Goncourt. C'est une très, très vieille institution. On en parle, on en parle dès l'école du Goncourt, on en parle à la fac. C'est un mot que j'entends depuis l'enfance. Je lisais les Goncourt, mes parents aussi. Quand je faisais état de ma vocation, toute petite, on me demandait si je voulais le Goncourt. C'est presque un synonyme d'écriture. C'est ce que les gens qui m'aiment me souhaitaient, donc c'est doux.

Nicolas Mathieu, lauréat lorrain du Goncourt 2018, semblait tiraillé après sa sélection dans la liste à l'époque entre le rêve de l'emporter et en même une certaine mesure. Vous êtes dans quel état d'esprit ?

Je suis même pas dans une projection à deux heures. Donc la question de savoir qui l'aura ? Il y a un côté déjà primé dans la sélection, je trouve. On est quinze, c'est très, très peu. Donc, c'est un prix en soi. J'ai beaucoup pensé à Nicolas. Parce qu'on a eu ce parcours, on vient du même lycée. On a eu tous les deux le prix Erckmann Chatrian, on se retrouve dans cette sélection. C'est une des premières personnes que j'ai appelée pour partager cette émotion. On était heureux de se retrouver dans cette émotion là. On se lit beaucoup. On se soutient beaucoup. On se comprend très bien aussi. On a des trajectoires biographiquement différentes, mais on fait partie de ces gamins qui avaient ça, chevillé au corps, qui ont encaissé tous les trucs de l'adolescence, de la vie étudiante en se disant "j'écrirai, vous verrez un jour que je serai dans le journal". Ca crée une intimité entre auteurs.

L'idée de faire partie de la même famille, peut-être d'ici le mois de novembre, elle est dans un coin de la tête ?

Pas encore. Encore une fois, je suis un petit peu sous l'effet du choc et du charme. Je n'étais pas prête à ça. Mais bien sûr, elle va germer, dans les jours à venir. Il faudra qu'on se rappelle, je vous dirai.

Cette sélection, c'est aussi une chance pour ce livre "Feu" ?

C'est une chance pour moi, une chance effectivement d'exposition inouïe pour le livre. Parce qu'effectivement, dans l'hyper choix, les  quelques processus de sélection comme ça sont sont extrêmement recherchés et extrêmement rares. C'est la chance ultime de pouvoir avoir accès à cette reconnaissance là. Je ne peux pas espérer mieux. La liste est belle en plus.

Votre thèse à l'Université de Lorraine portait sur la médiatisation des écrivains. Vous allez être en plein dans le sujet...

Ca fait un moment que je suis dans le sujet et je me rends compte à quel point ma thèse était farcie d'approximations et de vues de l'esprit sur le sujet. Mais ça fait quelques années que je m'en amuse. Je ne vais pas finir de découvrir à quel point j'étais à côté de la plaque, mais c'est pas grave. Ça fait vraiment partie de la joie du truc. C'est assez cocasse de se retrouver de ce côté là, même si, à l'époque où j'écrivais cette thèse, je rêvais d'être l'objet davantage que le chercheur, l'analyste de ce sujet là.

Maria Pourchet sera présente au "Livre sur la Place " qui débute ce vendredi 10 septembre avec France Bleu. Elle sera d'ailleurs au forum France Bleu à 16 heures avec Sarah Polacci.

Ma France : Mieux vivre

Hausse généralisée du coût de la vie, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent ainsi une nouvelle consultation citoyenne intitulée “Mieux vivre”. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres.

L'info en continu

Publicité
Logo France Bleu