Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

La Moutarderie Fallot attire les touristes d'hiver à Beaune pour son patrimoine culinaire

mercredi 1 mars 2017 à 16:25 - Mis à jour le mercredi 1 mars 2017 à 19:14 Par Victoria Koussa, France Bleu Bourgogne

Vingt-cinq mille pots y sont produits chaque jour et arrivent jusque sur votre table. Vous êtes nombreux à vouloir visiter les coulisses de la moutarderie à Beaune pendant les vacances, faute d'aller au ski.

La façade de la Moutarderie Fallot date de 1840.
La façade de la Moutarderie Fallot date de 1840. © Radio France - Victoria Koussa

Beaune, France

40 000. C'est le nombre de touristes qui viennent visiter la moutarderie Fallot de Beaune chaque saison. Un "tourisme industriel" qui a la côte puisque Fallot, c'est aussi l'histoire d'une famille et d'un savoir-faire artisanal. La maison est entre les mains de la famille depuis 1928 et les nouvelles générations comptent bien la garder.

Une entreprise familiale

"Le souhait de la maison était vraiment de rester ici, en ville", explique Caroline Ribotto, chargée du tourisme de l'entreprise Fallot. Pour elle, c'est l'authenticité de la moutarderie et l'histoire de la famille Fallot que veulent découvrir les touristes. Ils posent de nombreuses questions sur la lignée des héritiers.

Notamment sur l'après Edmond Fallot, le créateur de la marque en 1928. C'est son gendre Roger Désarmenien qui a repris les clés, avant de les tendre à son fils, l'actuel directeur, Marc. Il semblerait que l'avenir de l'entreprise soit garanti. "Les fils de Marc n'ont que vingt ans, mais ont déjà l'air très investi ici, à la moutarderie", affirme-t-elle.

Un patrimoine culinaire

Si vous venez de Dijon, vous n'avez pas pu passer à côte de la petite plaisanterie : "ah, la ville de la moutarde !". C'est même l'un des arguments de vente principaux de la marque Edmond Fallot : de la moutarde de Dijon fabriquée à Beaune avec des graines produites dans le coin - mais aussi dans la région de l'Alberta, au Canada.

"La différence avec la moutarde Maille - Amora, c'est que notre moutarde se trouve dans les épiceries fines. Nous ne sommes pas sur les mêmes niveaux de production", ajoute Caroline Ribotto. En tout, cinq millions de pots sont produits chaque année, dont 25 000 par jour. Une production bien loin d'atteindre celle des gros producteurs de moutarde.

L'entreprise que peuvent visiter les touristes est à taille humaine. Il y a vingt salariés au total qui travaillent du lundi au vendredi, huit heures par jour. "Ils sont fiers de voir les visiteurs derrière les baies vitrées, fiers d'incarner la marque Edmond Fallot", ajoute la chargée du tourisme.

Des touristes du monde entier

"Je viens de prendre des réservations pour des touristes brésiliens, et dans quelques jours, un groupe de japonais viennent à la moutarderie", note Caroline Ribotto. "On en mange partout, de la moutarde", affirme-t-elle. On peut même retrouver ces pots dans plus de soixante pays différents.

Dans la boutique, à la fin de la visite, les vendeuses assistent parfois à de drôles de scènes. "Des Japonais qui veulent boire du vinaigre par exemple, en pensant que c'est du vin", sourit Caroline.

" Des Américains nous confient que pour eux, Dijon n'était qu'une moutarde", affirme la chargée du tourisme chez Edmond Fallot.

Les informations pratiques

La visite coûte (quand même) 10€ par personne. Le prix comprend néanmoins les explications d'un guide, la dégustation des moutardes dans le bar à moutarde à la fin du parcours et quatre petits pots dorés à emporter à la maison.