Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco

La nouvelle éco : Au cabaret l'Escale à Migennes, nouvelle saison et nouvelles contraintes sanitaires

-
Par , France Bleu Auxerre

Le cabaret l'Escale à Migennes (Yonne) débute sa saison ce jeudi 24 septembre au soir avec un concert de Francoeur l'auteure compositeure interprète icaunaise. L'occasion de voir comment les salles de spectacle s'adaptent aux contraintes de la crise sanitaire

L'Escale à Migennes
L'Escale à Migennes - Sophie Torcol

Ce jeudi 24 septembre marque le début de la saison pour le cabaret l'Escale à Migennes (Yonne). Pour l'occasion, Francoeur, l'auteure compositeure interprète icaunaise, jouera sur scène à 19 heures. Une ouverture où il a fallu tenir compte des contraintes sanitaires en cette période de circulation active du coronavirus. Guillaume Dijoux est le directeur du cabaret l'Escale à Migennes.  

Est-ce que vous avez fait beaucoup de changements, d'aménagements pour répondre aux différentes directives sanitaires, pour cette réouverture ?

Effectivement nous avons pas mal aménagé l'Escale, notamment pour le bar puisque nous avons arrêté le service au bar et organisé un service en salle.  Nous avons aussi divisé la jauge du nombre de spectateurs par deux. Des sens de circulation pour les gens ont été mis en place, bref c'était complexe d'autant que l'Escale entre dans plusieurs catégories: à la fois salle de loisirs, de culture, de nuit, donc ce n'était pas simple. 

Est-ce que vous êtes confiant, le public va-t-il être au rendez-vous ?

C'est la grande incertitude, on ne sait pas si les gens vont venir même si on sait que certaines personnes ont hâte de voir, de nouveau, des spectacles. On s'interroge aussi sur les recettes publicitaires car nous sommes un établissement subventionné mais nous vivons en partie sur nos recettes quand même.

Vous êtes en lien avec des artistes. Y a-t-il une vraie attente de leur part ?

Oui d'autant que nous travaillons avec des jeunes artistes, qu'on appelle des artistes "émergents". Ils sont vraiment dans la difficulté, nous avons une grosse demande, je reçois en ce moment dix appels de "tourneurs" par jour. Notre dernier spectacle  remonte au 10 mars  dernier. Ce qui nous rassure c'est que le 19 septembre nous avons proposé un spectacle de fanfare, certes en plein-air , mais qui a bien marché.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess