Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : le spectacle vivant face à la crise, exemple au Centre national d'arts du cirque

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Le Cirque historique de Châlons-en-Champagne est l'une des premières salles de spectacle à avoir fait sa rentrée avec la présentation des projets individuels des étudiants du Centre national des arts du cirque. Avec quelles contraintes ? quelles perspectives ? Reportage.

Le cirque historique de Châlons le vendredi 28 août 2020.
Le cirque historique de Châlons le vendredi 28 août 2020. © Radio France - Sophie Constanzer

Le plan de relance prévoit d'allouer plus de 430 millions d'euros pour le spectacle vivant privé et public -salles de théâtre, cirque, musique- pour aider un secteur particulièrement mis à mal par la crise sanitaire. Et la ministre de la culture a précisé que les salles pouvaient à nouveau être remplies à 100%, mais avec port du masque obligatoire. Alors comment refaire des spectacles avec cette nouvelle donne ? Reportage au Centre national d'arts du cirque, dont les étudiants de la 32 ème promotion ont présenté leurs projets individuels du 26 au 29 août. 

Spectateurs masqués : moins de relations avec le public ? 

Ils sont donc les premiers au cirque historique de Châlons-en-Champagne à avoir retrouver le public, avec une jaune réduite et des spectateurs masqués. Une première qui deviendra la règle, et qui change la relation aux spectateurs pour Guillaume, l'un des 15 élèves de cette 32ème promotion. "Comme ils sont assez loin ça fait qu'on a aucun contact, on perd complètement le contact avec les gens mais j'ai l'impression que quand ils sont masqués, ils réagissent plus fort... quand ils rient, ils rient plus fort...", souligne l'artiste qui avec ce projet individuel valide son diplôme après trois années de formation. 

"C'est compliqué aujourd'hui de se projeter vraiment et d'imaginer que le public puisse revenir aussi facilement qu'il venait au départ parce que les règles elles sont compliquées aussi bien pour eux que pour nous, surtout pour eux d'ailleurs car ils doivent garder un masque pendant deux heures donc vraiment il y a un effort de la part du public auquel j'ai envie de dire merci", explique Vassiliki, qui évolue à plus de 6 mètres du sol sur sa corde volante."On peut pas s'empêcher de se toucher, mon longeur peut pas s'empêcher de toucher ma longe, il y a des choses qui sont pas adaptables", ajoute la jeune artiste originaire de Charleville-Mézières quand on lui parle gestes barrières ou distanciation. 

Quelles nouvelles contraintes à prendre en compte ? Quelles perspectives ? Reportage.

Le risque d'annuler une tournée à cause de cas de Covid

Par nature, les arts du cirque impliquent des contacts. Et les étudiants de la 32ème promotion du CNAC vont désormais préparer le spectacle de fin d'années, avant une tournée. Avec tous les risques que ça comporte. "Pendant les Echappées on peut être 2 sur un duo mais sur un spectacle collectif ils sont 15 plus l'équipe artistique donc on va essayer de faire en sorte qu'ils se fabriquent une famille et puis à vivre un peu entre eux mais c'est difficile parce que comme les étudiants vivent dans des colocations intergénérationnelles forcément ça impacte toute la maison... donc à chaque fois qu'il y aura des alertes et bien il va falloir tester les personnes suspectées", Gérard Fasoli, directeur du CNAC. 

L'insertion professionnelle, ou en tout cas les contacts qui peuvent être pris avec des compagnies ou des collectifs d'artistes, dépendent en grande partie de ce spectacle collectif qui part en tournée pendant plusieurs mois. Et tous les regards sont désormais tournés vers les salles qui accueillent le spectacle du CNAC, comme la salle de la Villette. "La recette de billetterie elle est plus importante dans des lieux de diffusion purs -nous nous sommes une école nationale supérieure- mais elle n'est pas anodine : en tout cas elle n'est pas anodine dans les grands lieux culturels qui accueillent le spectacle de fin d'année du CNAC comme la Villette à Paris...", Frédéric Durnerin président du Centre national des arts du cirque. 

Retrouvez la chronique “La nouvelle éco” à 7h15 tous les jours sur France Bleu Champagne-Ardenne

France Bleu Champagne-Ardenne est à vos côtés pour vous accompagner pendant cette période de crise sanitaire. Chaque jour, votre radio s'intéresse à une entreprise emblématique de votre région (fleuron industriel, club de sport, association, restaurant, etc). Comment se porte-t-elle ? Quels enseignements tire-t-elle de cette pandémie de coronavirus ? Comment se projette-t-elle dans l’avenir ?

Choix de la station

À venir dansDanssecondess