Culture – Loisirs

La nouvelle vie de la maison de Colette à Saint-Sauveur-en-Puisaye

Par Delphine Martin et Isabelle Rose, France Bleu Auxerre lundi 28 mars 2016 à 18:00

Joel Henrion, le peintre de la maison Colette, achève la pose du papier peint.
Joel Henrion, le peintre de la maison Colette, achève la pose du papier peint. © Radio France - Benoit Jacobo

La maison natale de Colette va ouvrir ses portes au public le 25 mai. Pour les nombreux admirateurs de la romancière, c’est l’aboutissement d’un long combat. C’est aussi la fin d’un chantier minutieux pour redonner à la bâtisse son visage d’autrefois.

La maison de Saint-Sauveur-en-Puisaye (Yonne), pour Colette, c’est la maison de l’enfance et des premiers émois. Un lieu fondamental dans la vie et dans l’œuvre de la romancière.

Sidonie-Gabrielle Colette est née le 28 janvier 1873 dans l’Yonne. Elle a habité dans la maison de Saint-Sauveur jusqu’à ses 18 ans, avec ses parents, sa sœur et ses deux frères. En 1891, la famille part pour le Loiret. Colette n’y reviendra que deux ou trois fois avant sa vente, en 1925.

Une maison omniprésente dans les écrits de Colette

Cette demeure du 19e siècle est très présente dans l’œuvre de l’écrivaine icaunaise. C’est d’ailleurs grâce à ces descriptions d’une grande précision que la rénovation à l’identique a été possible : « C’est parce qu’il y avait toutes ces pages, tout ces textes, tout ces détails qu’on a pu se lancer », explique Frédéric Maget. Encore tout ému par ce "coup de pouce" de l’auteur, le président de la société des amis de Colette précise : « Grâce aux textes de Colette, on peut retrouver toutes les pièces de mobilier, jusqu’aux bibelots sur la cheminée, la couleur du tissu, le motif du papier peint, et même le nombre de chaises ! »

"C'est presque Colette qui nous tenait la main", Frédéric Maget

Un chantier minutieux

La maison de 600 mètres carrés a été acquise en 2011 par le fonds de dotation « La maison de Colette »  et cela fait près de deux ans qu’elle est en travaux. Un chantier de grande ampleur pour lui redonner son visage d’autrefois.

Une restauration fidèle, le reportage d'Isabelle Rose

Il a fallu faire appel à des dizaines de professionnels et retrouver les savoirs-faire et les techniques du 19e siècle, notamment pour recréer les papiers peints qui ornaient les murs, à l’époque de l’enfance de Colette.

Le fonds documentaire sur Colette sera aménagé dans les combles. - Radio France
Le fonds documentaire sur Colette sera aménagé dans les combles. © Radio France - Benoit Jacobo

Le jardin aussi

Cette réhabilitation concerne aussi les jardins de la maison de Saint-Sauveur, où Colette a passé beaucoup de temps. Des jardins qu’elle décrit également avec beaucoup de précision dans ses romans. «C’est presque un jardin de papier autant qu’un jardin végétal» , note Frédéric Maget. Ainsi, tous les rosiers sont des espèces anciennes des années 1840 /1850, qui ont été décrites dans les livres de Colette. Même chose pour les arbres fruitiers.

"C'est presque un jardin de papier autant qu'un jardin végétal" Frédéric Maget

Ces travaux d’un million et demi d’euros ont été financés en partie par des mécènes privés. La maison de Colette ouvrira ses portes le 25 mai 2016. Les admirateurs de Colette ne comptent pas en rester là. L’association cherche toujours des fonds pour financer la réfection des communs, l’aménagement des combles et acquérir du mobilier et des tableaux.

Frédéric Maget dans la chambre de Juliette, la soeur de Colette. - Radio France
Frédéric Maget dans la chambre de Juliette, la soeur de Colette. © Radio France - Benoit Jacobo

En savoir plus

Colette et le Prince Rainier de Monaco, en 1953 - Maxppp
Colette et le Prince Rainier de Monaco, en 1953 © Maxppp -