Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

La patineuse Véronique Pierron va travailler pour la ville de Reims

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

La patineuse rémoise de vitesse de short-track Véronique Pierron, quatre fois sélectionnée aux Jeux olympiques a signé, ce jeudi, un contrat d'insertion professionnelle, pour travailler au service des sports de la mairie de Reims. De quoi lui apporter une certaine stabilité financière.

Arnaud Robinet, le maire de Reims et Véronique Pierron ont inauguré la signature du contrat.
Arnaud Robinet, le maire de Reims et Véronique Pierron ont inauguré la signature du contrat. © Radio France - Thomas Coignac

Reims, France

C'est peut être la fin d'une certaine galère pour Véronique Pierron. La Rémoise avait beau être l'une des meilleures patineuses de vitesse françaises, sélectionnée pour quatre Jeux Olympiques (Turin 2006, Vancouver 2010, Sotchi 2014, Pyeonchang 2018), elle avait souvent du mal à pouvoir vivre de son sport. "On jonglait un peu, avec les subventions des collectivités, les aides à la performance de la fédération. Mais j'ai réussi à m'en sortir financièrement. Et ma famille m'a aussi beaucoup aidée", explique la championne. 

Une mission de valorisation et de marketing des piscines et des patinoires

Dès le mois d'avril, elle va donc débuter un nouveau travail au service des sports de la Ville de Reims, avec une mission de valorisation et de marketing autour des piscines et des patinoires. Plus précisément une convention d'insertion professionnelle, signée entre plusieurs parties, valable trois ans, avec une reconduction chaque année. Le tout, avec trois mois et demi de travail en continu à la mairie, avant la préparation de la nouvelle saison, qui débutera au mois de juillet. Là, Véronique Pierron fera des apparitions plus espacées. Un travail rémunéré par la mairie lorsqu'elle y sera, et, le reste du temps, par l'Etat, représenté par la Direction régionale des sports, et par la Fédération française des sports de glace. 

Je suis à un âge où il faut penser à son après-carrière. Et donc, mettre un pied dans le monde professionnel

"Je suis aussi à un âge (29 ans), où il faut penser à son après-carrière. Et donc, mettre un pied dans le monde professionnel", dit la patineuse, titulaire depuis l'an dernier d'une licence professionnelle dans le commerce et le sport à Chambéry. Cette convention est la première signée par la Ville de Reims. "Nous voulons montrer le soutien de la Ville de Reims à ses sportifs de haut niveau, souligne le maire Arnaud Robinet. Elle va apporter beaucoup, avec son expérience et sa rigueur". 

Une sécurité financière supplémentaire pour Véronique Pierron. - Radio France
Une sécurité financière supplémentaire pour Véronique Pierron. © Radio France - Thomas Coignac

"Il y a encore trop peu des contrats comme celui ci, les athlètes ont besoin d'être aidés, surtout dans les sports peu médiatiques, précise Véronique Pierron. Ce sera la clé de la performance". Le président de son club, Ghislain Gass, va dans son sens : _"il y a des pays comme l'Italie, où les patineuses de vitesses sont toutes chez les carabiniers, ou dans les douanes. Des métiers stables, où ils peuvent facilement se dégager du temps pour s'entraîne_r. Ce ne sera pas évident de les rattraper. Mais, pour Véronique, c'est un beau premier pas". A Pyeoncheang, l'Italie a d'ailleurs remporté trois médailles olympiques, la France aucune. 

Véronique Pierron a été demi-finaliste sur l'épreuve du 1 500 mètres aux jeux Olympiques de Pyoncheang. - Maxppp
Véronique Pierron a été demi-finaliste sur l'épreuve du 1 500 mètres aux jeux Olympiques de Pyoncheang. © Maxppp - Maxppp

Véronique Pierron, elle, avait été éliminée en séries du 500 mètres, puis en demi-finale du 1 500 mètres. Sa saison hivernale 2018-2019 a, elle, été particulièrement réussie, avec une quatrième place au classement général sur 1 000 mètres. Un palmarès auquel il faut ajouter six médailles européennes, et une mondiale.  A bientôt 30 ans, elle ne se projette pas sur Pékin 2022, qui seraient ses cinquièmes JO d'hiver. "Je vais faire le point à chaque fin d'hiver, voir si l'on continue, explique-t-elle. J’ai mon corps qui commence à fatiguer. Mais tant que je suis performante, et que j’ai la sécurité, avec cet emploi... " En attendant, elle se fera opérer du genou au mois de mai, avec une ablation partielle du ménisque.