Culture – Loisirs

La plus vieille Eglise de Nîmes passée au crible

Par Viviane Le Guen, France Bleu Gard Lozère jeudi 16 mars 2017 à 20:18

133 sarcophages ont été découverts lors des fouilles en avril 2016
133 sarcophages ont été découverts lors des fouilles en avril 2016 - Rémi Bénali, Inrap

Un an après les premières fouilles, les archéologues de l'Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) ont rendu public une partie des résultats de leurs analyses sur la plus vieille église de Nîmes et le cimetière attenant ce jeudi.

En avril 2016, les fouilles archéologiques menées sur le terrain d'un habitant du quartier des Amoureux ont abouti à la découverte de 133 tombes chrétiennes du IIIe siècle après J-C et d'une Église édifiée au début Ve siècle.

Un an après, les archéologues de l'Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) ont rendu public une partie de leurs analyses ce jeudi à Nîmes. Cette découverte exceptionnelle fournit de précieuses informations sur l'histoire de Nîmes et de ses habitants.

"Une population aisée"

Des vases, une lampe à huile mais aussi des bijoux ont été retrouvés dans les sépultures. D'après les chercheurs, ces objets ont appartenu à "une population communautaire, constituée d'hommes" détaille Marie Rochette, responsable d'opération à l'Inrap, " sur les 169 corps retrouvés dans les tombes, il y a 121 adultes et 48 enfants qui ne présentent pas ou peu de pathologies infectieuses et traumatiques".

Marie Rochette, archéologue en charge des recherches à l'Inrap

Des caractéristiques qui correspondent à "une population privilégiée, plutôt aisée" selon la spécialiste. "D'où venait cette population? On se pose la question. Dans les objets retrouvés dans les tombes on a des bouteilles qui viennent d'Afrique du Nord".

L'équipe doit rendre son rapport de terrain au service régional de l'archéologie au printemps 2018.