Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Ils fouillent Montclus pour déterminer l'âge du château

vendredi 21 juillet 2017 à 16:57 Par Julien Ruderic, France Bleu Gard Lozère

Une équipe d'archéologues s’emploie pendant tout le mois de juillet à rechercher l’âge exact du château de Montclus. Pour l'heure, on l'estime entre le XII et le XIIIe siècle. Avec en prime, la possibilité pour les visiteurs de rencontrer les scientifiques.

Strate par strate, le sol est fouillé à la recherche de mobilier archéologique.
Strate par strate, le sol est fouillé à la recherche de mobilier archéologique. © Radio France - Julien Ruderic

Montclus, France

Yeux rivés sur le sol, accroupie dans la salle basse du château, Léa racle le sol. Strate par strate, elle retire la terre et récupère tout le mobilier archéologique qu’elle trouve. Céramiques, épingles en bronze ou pièce de monnaie, tout est bon pour « comprendre l’évolution du site », nous expliquera la tout juste diplômée d’un master professionnalisant. Pendant tout le mois de juillet, les archéologues de l'INRAP (Institut national de recherches archéologues préventives) vont tenter de définir la date de construction du château de Montclus.

La salle basse du château, sans doute une écurie après avoir été un lieu de stockage. - Radio France
La salle basse du château, sans doute une écurie après avoir été un lieu de stockage. © Radio France - Julien Ruderic

Les recherches, commencées l’année dernière, ont déjà permis d’établir que la salle dans laquelle se trouve Léa était sans doute à l’origine une salle de stockage, uniquement accessible par une trappe. Plus tard, une ouverture vers l’extérieur permettra d’en faire une écurie ou une bergerie.

Un deuxième site de fouilles se trouve dehors, au pied de la tour du château, haute de 35 mètres. Il a la particularité de se trouver au pied des latrines, les ancêtres des toilettes modernes. Le lieu n’est pas anodin. "Le dépotoir aide à nous renseigner sur ce qui était consommé à l’époque, explique Maxime Seguin, l’archéologue en charge des recherches. On a trouvé beaucoup de restes de viandes, du cerf, du sanglier et du petit gibier. Les latrines sont aussi un endroit où on est susceptible de perdre de petits objets."

Maxime Seguin, archéologue en charge de la mission, s'éloigne parfois des fouilles au sol. - Radio France
Maxime Seguin, archéologue en charge de la mission, s'éloigne parfois des fouilles au sol. © Radio France - Julien Ruderic

Pour identifier l'âge du château, Maxime Seguin et son équipe prélèvent ces petits objets, qui sont ensuite traités, analysés et conditionnés. Quand ils retrouvent une pièce de céramique par exemple, les archéologues peuvent la dater par rapport à leurs connaissances. Selon la strate géologique dans laquelle ils auront retrouvé ce mobilier datant, son époque sera déterminée.

Tentés par l'aventure archéologique ? Les fouilles sont ouvertes au public à partir de lundi et jusqu'à vendredi, de 16 heures à 17 heures. "C'est toujours important d'expliquer pourquoi on est là, de manière à ce que ce soit compris et bien perçu, rappelle Maxime Seguin. Cela fait partie de nos missions de service public." Vous êtes prévenus, l'équipe d'archéologue est en place pour transmettre leur passion.