Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

La reconstitution historique menacée par une nouvelle loi sur les armes

lundi 26 février 2018 à 4:36 Par François Madeuf, France Bleu Berry

Une nouvelle législation sur les armes pourrait bien sonner le glas des associations de reconstitution historique. Votée en urgence, elle remet en cause leur droit de posséder et transporter des armes de collection historiques, même lorsqu'elles sont innoffensives.

Les historiens amateurs de l'association Les Dragonnes rejouent les combats médiévaux
Les historiens amateurs de l'association Les Dragonnes rejouent les combats médiévaux -

Tendu, France

Les associations de reconstitution historique tirent la sonnette d'alarme (ou sonnent le clairon, plutôt) ! Ces mordus d'histoire qui rejouent le weekend les grandes batailles des romains à la seconde guerre mondiale, sont inquiets de la nouvelle législation sur les armes.  Cette loi votée en urgence remet en cause le droit de posséder des armes de collection historiques, qu'il s'agisse d'armes à feu ou d'armes blanches.  Les reconstitueurs ont désormais peur des contrôles et n'osent plus sortir leurs épées et leurs mousquets.

C'est le cas de Stéphane Chimot, de l'association Les Dragonnes, basée à Tendu, dans l'Indre et spécialisée dans les reconstitutions médiévales. Pour lui, ses épées ou ses fléaux sont pourtant inoffensifs : "les armes blanches sont toutes "bluntées", c'est à dire qu'elles sont désaffûtées, les lances ont même une boule en métal soudée sur la pointe, on ne peut pas transpercer quelqu'un avec. Au pire on peut les utiliser pour taper sur quelqu'un, mais ça, on peut aussi le faire avec une batte de Baseball ou même une chaise."

Des passionnés d'histoire découragés

Sauf que ces armes blanches, tout comme les fusils neutralisés de la première guerre mondiale, ou encore les mousquets napoléoniens, changent de catégorie. Avec obligation de les déclarer en gendarmerie, et de nouvelles contraintes pour les transporter. "Déjà qu'on a du mal à recruter de nouvelles recrues, regrette Stéphane Chimot, si en plus on leur impose de nouvelles contraintes administratives, plus personne ne voudra faire de la reconstitution". Il s'inquiète également des contrôles aux sorties des manifestations : "Des collègues ont fait de la garde à vue, parce qu'il manquait des papiers. On aime bien l'histoire mais à ce point là, il ne faut pas pousser."

Ces associations dispersées sur le territoire français sont en train de se regrouper. Christophe Guillemet a créé le collectif "sauvons la reconstitution historique" pour faire entendre leur voix auprès des législateurs : "le but c'est pas de révolutionner les textes de loi, c'est juste de se mobiliser pour être entendus, et qu'on tienne compte de nos spécificité pour les textes de loi à venir."