Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La relance éco, France Bleu à l’heure du déconfinement

"La relance éco": au TTAC 86, reprise pour les pros, pas encore pour les autres

-
Par , France Bleu Poitou

Le club de tennis de table de Poitiers reprend peu à peu ses activités. Les joueuses professionnelles surtout qui ont repris l'entraînement. Les autres devront attendre la réouverture des salles prévue seulement le 31 août par le Grand Poitiers, pile pour la nouvelle saison.

Jia Nan Yuan est l'une des quatre joueuses professionnelles du TTACC qui ont pu reprendre l'entraînement
Jia Nan Yuan est l'une des quatre joueuses professionnelles du TTACC qui ont pu reprendre l'entraînement © Maxppp - Olivier Blin

La saison 2019-2020 s'est arrêté brutalement au mois de mars pour le TTACC 86, club de tennis de table de Poitiers. Un arrêt frustrant en particulier pour les joueuses de l'équipe professionnelle, elles étaient alors deuxièmes de leur poule et avaient même été sacrée championnes d'automne. Mais bonne nouvelle, ce sont aussi les premières du club à avoir repris l'entraînement explique le co-président du TTACC 86 Philippe Lion.

"Elles sont chacune dans leur lieu respectif, dans un pôle d'entraînement ou club avec les structures adaptées et surtout dans une région où on leur permet d'accéder aux salles." Car Jia Nan Yuan, Yuan Zheng, Océane Guisnel et la nouvelle recrue Audrey Mattenet, qui remplace Eva Odorova, ne sont pas à Poitiers où les salles sont fermées jusqu'au 31 août sur décision du Grand Poitiers. Mais "ce n'est pas un souci, tous les joueurs et joueuses professionnels font ça. On arrive à les avoir sur des créneaux ou des stages à Poitiers mais le reste du temps elles ont l'habitude de s'entraîner sur leur slieux de résidence".

Les joueuses peuvent donc se préparer correctement au changement de format du championnat la saison prochaine. Il n'y aura plus qu'une poule de 12 avec un système de matchs aller et de play-offs au lieu de deux poules de 6 auparavant.

Pas de réouverture des salles avant le 31 août

Pour les autres adhérents, " on reprend normalement la dernière semaine d'août avec stages donc on espère pouvoir reprendre à ce moment-là mais on ne sait pas encore dans quelles conditions." Des conditions pour le moment très contraignantes qui s'appliquent par exemple déjà aux joueuses professionnelles. Trop contraignantes pour Philippe Lion: "il faut que chacun ait ses balles, ne pas toucher celles de l'autre, nettoyer les tables entre chaque match, ne pas changer de côté, ne pas jouer en double. A la limite, ce n'est plus du sport, ça permet de jouer un peu mais les conditions ne sont pas optimales". Pas de douche non plus et des masques pour les entraîneurs.

Des incertitudes économiques pour la saison prochaine

Bien sûr l’arrêt brutal de la saison a aussi eu un impact économique reconnaît Philippe Lion. "Il y a des tournois qu'on n'a pas pu organiser comme le tournoi national de Poitiers  (qui devait avoir lieu fin mai) et donc des recettes qui ne sont pas rentrées." Heureusement, les collectivités ont continué à verser leurs subventions ce qui a permis au club de boucler son budget pour la saison sans trop de difficultés.

Pour la saison 2020-2021, c'est encore un peu l'inconnu financièrement pour le TTACC 86. "On va peut-être avoir un souci avec _les partenaires privés qui eux aussi sont en difficulté donc on ne veut pas leur en demander trop_, on va voir avec eux ce qu'on peut faire pour la saison prochaine mais ça devrait aller, il faut positiver."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu