Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Météo France maintient 13 départements en vigilance rouge canicule, les orages arrivent par l'ouest
Dossier : La relance éco, France Bleu à l’heure du déconfinement

La relance éco : depuis le déconfinement, les librairies connaissent un véritable boom des ventes

-
Par , France Bleu Hérault

Tous les matins, France Bleu Hérault prend la température du monde économique dans le département pour savoir comme il s'en sort avec la crise sanitaire. Ce jeudi, on s'intéresse aux livres : avec le déconfinement, les ventes ont littéralement explosé. Exemple à la Nouvelle librairie sétoise.

À la Nouvelle librairie sétoise, les ventes de livres explosent depuis le déconfinement (illustration)
À la Nouvelle librairie sétoise, les ventes de livres explosent depuis le déconfinement (illustration) © Maxppp - Stephane Marc

Sophie Garayoa est la propriétaire de la Nouvelle libraire sétoise. Le 16 mars 2020 et les huit semaines suivantes restent un très, très mauvais souvenir pour elle : "ça a été un choc personnel et professionnel. La librairie ne ferme jamais, elle est ouverte quasiment sept jours sur sept, donc c'est très étrange pour nous de voir nos magasins fermés, plongés dans le noir et de passer régulièrement pour prendre le courrier."

Économiquement aussi, le confinement a été très compliqué. Les trois salariés ont été mis au chômage partiel et elle n'a pas eu d'autre choix que de faire un PGE, un Prêt garanti par l'Etat. L'économie des librairies est fragile, en général elles n'ont pas de trésorerie, mais "par contre, on a un gros stock, donc ça veut dire que j'avais des échéances importantes à régler au mois de juin que je n'aurais pas pu payer sans le PGE". 

Des clients fidèles

Début mai, la Nouvelle librairie sétoise reprend une activité adaptée à cette situation inédite. "On a proposé à nos clients d'acheter des bons cadeaux pour soutenir la librairie financièrement avec cette possibilité de promesse d'achat. Un bon cadeau à utiliser pendant un an, ça a bien marché, les gens nous ont soutenus. Ça nous a fait un bien fou de voir comment les lecteurs étaient attachés à leur librairie, donc ça a été assez merveilleux."

Ensuite, il a fallu organiser le click and collect avec une petite table devant la boutique en respectant les distances, pour que les gens puissent récupérer leur commande.

Juin, un mois assez exceptionnel

Et puis arrive le 11 mai, jour de la délivrance, c'est le déconfinement. Les ventes décollent littéralement, "je pense que la librairie a beaucoup manqué aux lecteurs." Le mois est "assez exceptionnel, en terme de fréquentation et des paniers d'achat." La hausse du chiffre d'affaires est supérieure à 50% et même si ça se tasse un peu en juillet, la tendance se confirme avec l'arrivée des vacanciers. "On est toujours dans le vert en terme de progression, c'est toujours excellent." 

À toute chose, malheur est bon

Un enseignement à tirer de cette période si particulière ? "Cet épisode a donné une nouvelle visibilité à notre site Internet, qui était devenu du coup indispensable pendant le confinement. Et même si elles ont diminué depuis la réouverture du magasin, je continue à avoir des ventes en ligne bien supérieures à ce que je faisais précédemment. Les gens ont pris des nouvelles habitudes. Soit des Sétois qui choisissent leurs livres en ligne et qui viennent les récupérer au magasin, soit, ce qui se fait de plus en plus, des vacanciers qui prévoient de venir à Sète. Ils commandent et quand ils arrivent, ils viennent récupérer leur livre." 

L'incertitude

La grosse incertitude, c'est la rentrée. Et une question taraude Sophie Garayoa, elle qui a toujours son PGE à rembourser : quelles seront les modalités de cette crise dans les mois à venir ? C'est le flou le plus total.

La relance éco version sonore

Choix de la station

À venir dansDanssecondess