Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"La relance éco" : en Ille-et-Vilaine, les cinémas optimistes, mais dans l'attente

-
Par , , France Bleu Armorique

Ils avaient été parmi les premiers à baisser leur rideau le 14 mars et n'ont pas encore de date pour le relever. En Ille-et-Vilaine, les cinémas sont dans l'attente d'une réouverture. Avec envie, impatience, et un peu d'inquiétude.

La lumière est fermée dans les salles depuis la mi-mars.
La lumière est fermée dans les salles depuis la mi-mars. © Radio France - Aurélien Accart

C'est ce que l'on appelle un mauvais timing. A Saint-Malo (Ille-et-Vilaine), le multiplex Le Vauban, sur le campus, a été inauguré trois semaines avant le début du confinement, après la fermeture de ses anciens locaux de Rocabey. Un complexe flambant neuf, de huit salles, dont une de 400 places, avec écran de 187 m², pour un coût total de huit millions d'arrêt. Une superproduction à l'arrêt. "Ça marchait très bien, on avait de très bons chiffres. On a été coupés dans notre élan", regrette son directeur Loïc Frémont, qui a dû aller renégocier avec sa banque. Résultat, l'emprunt qu'il avait souscrit pour le financement a été rallongé de six mois. "Heureusement", soupire-t-il. "Ce qui nous a sauvé c’est le chômage partiel qui limite les dégâts". L'entreprise a pu bénéficier de ce système pour ses 13 salariés.

Nous sommes optimistes. Sinon, on aurait mis la clé sous la porte.

De déménagement, il en était aussi question à Rennes, pour le cinéma Arvor. De sa place en plein centre-ville, ce complexe de deux salles, inauguré en 1983 devait rejoindre un nouvel emplacement près de la gare. "Nous devrions aller dans le nouvel Arvor, près de la gare à partir de septembre. Ce ne sera pas le cas, les travaux ont été interrompus. Ce sera pour fin 2020, voir début 2021", explique le coordinateur du cinéma Éric Gouzannet. En attendant il y a une équipe qui patiente. "On s’est vus pour voir si tout le monde était prêt à travailler dès que possible, c’est le cas". Une envie partagée par le public, selon le coordinateur de cet établissement aux 120 000 entrées annuelles. "On a notre public sur les réseaux sociaux qui nous demande des nouvelles. Nous voulons rouvrir, nous sommes optimistes. Sinon, on aurait mis la clé sous la porte".

Une réouverture en juillet ? 

La profession espère un redémarrage, dans le meilleur des cas, au début de l'été. Mais le public, justement, sera-t-il là ? Loïc Frémont s'interroge : "Est-ce-que les gens vont vouloir retourner au cinéma après avoir été confinés, si on a un bel été ? Donc, est-ce-qu’on fera autant de séances ? Est-ce-qu’on décale les horaires ? Il va falloir que l’on fasse preuve de créativité et d’imagination". D'autant que, lorsque viendra l'heure de la réouverture, elle s'accompagnera, forcément, de gestes barrière, de masques, ou de places laissées libres entre les spectateurs. Loic Frémont ne veut pas rouvrir n'importe comment, soulignant "que vous ouvriez pour 10 places ou 100, la charge est la même, mais la recette non. Il ne faut pas que l’on ouvre dans une situation où on sera déficitaires tout de suite." Avant de relativiser, et de rappeler son envie de relever le rideau. "On a tous la niaque, on est dans les starting-blocks". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess