Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La relance éco : entre attente et colère à la Vapeur, la scène de musiques actuelles de Dijon

-
Par , France Bleu Bourgogne

Dans la relance éco, on s'intéresse ce matin à la Vapeur, la scène de musiques actuelles de Dijon. Avec la fin de l'état d'urgence sanitaire ce vendredi, quels sont les changements à venir ? Pour le moment, pas grand chose confie Yann Rivoal son directeur, qui oscille entre incertitudes et colère.

La Vapeur à Dijon (archives)
La Vapeur à Dijon (archives) © Radio France - Lila Lefèbvre

Dans la relance éco aujourd'hui, on parle culture et concerts. La première date reprogrammée à la Vapeur, la scène de musiques actuelles de Dijon, c'est le 10 septembre avec la venue du groupe hollandais Yin Yin, mais est ce que ce sera possible ? Malgré la fin de l'état d'urgence sanitaire vendredi 10 juillet 2020 à minuit, les incertitudes restent nombreuses pour Yann Rivoal le directeur de la Vapeur, invité de la relance éco.

La fin de l'état d'urgence sanitaire est ce que ça change quelque chose ?

Yann Rivoal : La fin de l'état d'urgence sanitaire ne change rien pour la Vapeur car c'est un ERP, un Établissement Recevant du Public, donc pas besoin de demander une autorisation préfectorale. En revanche comme toutes les salles de concert accueillant du public debout, nous sommes toujours soumis à l'interdiction d'organiser des concerts en mode debout. Seules les salles qui ont un public, assis, peuvent accueillir des représentations, avec les restrictions que l'on sait. Une réunion était prévue la semaine dernière, mais elle était à l'initiative de l'ancien ministre de la Culture et avec le récent remaniement du gouvernement, l'attente se prolonge. On attend vraiment que cette interdiction soit réexaminée au plus vite.

Quelles sont vos perspectives pour la rentrée ?

Pour le moment tous les concerts prévus entre mi-mars et fin juin ont pu être reportés sur l'automne ou au début de l"année 2021. On se prépare comme si la rentrée de septembre allait être possible sans garantie. C'est compliqué d'être maintenu dans cette situation là, pour nous comme pour les producteurs des artistes car ils ont besoin de réponses un peu fermes pour les tournées de sept/octobre, pour organiser les équipes et le matériel. On espère aussi que quand on pourra reprendre, ce sera avec la jauge complète car si c'est la moitié ça va être dur de maintenir les concerts. Certains sont complets donc on fait quoi, on tire au sort pour savoir qui peut y aller ou pas ? Même si on sait que le virus circule toujours, on voudrait que nos représentants se fassent entendre. On veut des réponses même imparfaites.

Dans quel état d'esprit êtes-vous ?

On a eu tellement d'espoirs qui n'ont pas été suivis d’effets alors on est très prudents. Et même si la nouvelle ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, s'est montrée offensive pour la culture, nous sommes dans l'attente. On apprend la patience mais la colère arrive car nos métiers font partie de la société et on ne comprend pas pourquoi aucune décision n'est prise pour notre secteur.

Quel état des lieux ?

C'est difficile de faire un état des lieux précis car on ne sait pas quelle activité on aura de septembre à et décembre et tout est conditionné à ça. Pour le moment on peut payer els charges fixes et on a pu avoir recours au chômage partiel. Et le fait qu'on soit un lieu labellisé par le ministère de la culture avec un montant garanti de subventions, nous met pour le moment à l'abri de devoir licencier du personnel. Mais l'absence de projection jusqu'à la fin de l'année aura forcément un impact et on craint pour les années à venir. La culture est souvent une variable d'ajustement et malheureusement ça nous rend assez inquiets. En tout cas si on peut reprendre en septembre-octobre et qu'on a des marges de manœuvre financières, on en fera profiter, en priorité, localement et au maximum les artistes ou les gens qui travaillent dans la musique. 

Quel est le premier concert programmé pour la rentrée ?

C'est le 10 septembre avec le concert d'un groupe qui vient de Hollande, Yin Yin. C'est une musique psychédélique avec une touche thaïlandaise, c'est très festif ! Ce serait parfait pour reprendre la saison avec le sourire. Même si pour le moment on ne sait pas si ça pourra avoir lieu.

_______________________________________________
France Bleu Bourgogne est à vos côtés pour vous accompagner pendant la période de déconfinement. Chaque jour à 7h15, votre radio s'intéresse à une entreprise emblématique de notre région (fleuron industriel, club de sport, association, restaurant, etc). Comment se porte-t-elle ? Quels enseignements tire-t-elle de cette pandémie de coronavirus ? Comment se projette-t-elle dans l’avenir ?

Choix de la station

À venir dansDanssecondess