Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La relance éco : "les théâtres parisiens jouent dans de meilleures conditions sanitaires que dans un avion"

-
Par , France Bleu Paris

La relance éco comme tous les matins de l'été sur France Bleu Paris. On fait un zoom sur un domaine, une activité qui redémarre après la crise du coronavirus. Les théâtres parisiens par exemple, qui ont rouvert pour certains et qui invitent les spectateurs à oser pousser leurs portes.

Le théâtre du Point Virgule à Paris.
Le théâtre du Point Virgule à Paris. © Maxppp - Jean-Baptiste QUENTIN

L'annonce du Premier ministre de repousser la levée de l'interdiction des rassemblements de plus de 5.000 spectateurs a été une très mauvaise nouvelle pour le monde de la culture. Cette jauge maximale devait disparaître au 1er septembre, finalement, Jean Castex et son gouvernement ont décidé de repousser la mesure au 30 octobre.

Mais à Paris, la nouvelle n'a pas fait grand fracas chez les patrons de théâtres. Dans la capitale, les salles sont petites et ne sont pas concernées par l'interdiction. La vie y reprend donc doucement confirme à France Bleu Paris, Jean-Marc Dumontet, producteur de spectacles et patron de plusieurs théâtres parisiens.

France Bleu Paris : la jauge des 5.000 spectateurs repoussée à octobre, c'est une mauvaise nouvelle ? Allez-vous survivre ?

Jean-Marc Dumontet : Oui il faut qu'on survive, de toute façon on n'a pas le choix, on ne peut s'imaginer moribond mais il est vrai que la situation est compliquée pour nous avec des signaux pas très positifs, même si on n'est pas directement concernés par cette règle des 5.000 puisque moi mes plus grands théâtres, le théâtre Antoine ou Bobino ne font que 900 places, mais il est évident qu'on envoie un signal aux spectateurs en leur disant 'attention, il y aurait un danger dans les salles'. Or dans nos salles, il n'y a pas de danger ! Certaines ont déjà rouvert et elles le seront quasiment toutes en septembre. Tous les théâtres parisiens seront ouverts en septembre, c'est un message important à faire passer parce que les théâtres peuvent jouer aujourd'hui dans de bonnes conditions sanitaires, qui garantissent la sécurité des spectateurs, un moment de qualité, assez privilégié.

Jean-Marc Dumontet : "Tous les théâtres parisiens seront ouverts en septembre, il ne faut pas hésiter à venir."

Comment se passent les représentations, quelles règles appliquez-vous ?

Jean-Marc Dumontet : La règle est simple, on considère qu'il doit y avoir un siège inoccupé entre chaque groupe. Un groupe comptant entre deux et 10 personnes. Donc c'est assez léger comme contrainte. Cela nous permet de jouer devant 70 à 75% d'une jauge normale donc on est dans de meilleures conditions sanitaires que dans un avion ou que dans un train. Les Français ont beaucoup pris les transports cet été donc il ne faut pas hésiter à venir chez nous. On joue, ça se passe bien, il faut continuer à venir.

Est-ce que les spectateurs sont au rendez-vous justement ?

Jean-Marc Dumontet : Les spectateurs viennent quand on joue. Aujourd'hui, notre principale difficulté c'est l'incertitude, les gens ne savent pas si on joue ou pas.

Est-ce que vous avez déjà chiffré les pertes ?

Jean-Marc Dumontet : Les pertes pour mes théâtres elles sont en millions d'euros donc il vaut mieux ne plus les chiffrer parce que c'est assez désespérant. Il faut se tourner vers l'avenir et se mobiliser sur les beaux spectacles qu'on va monter.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess