Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La relance éco : "repenser le rôle des musées après l'épidémie" au Fonds Régional d'Art Contemporain à Orléans

-
Par , France Bleu Orléans

Le FRAC Centre, situé depuis 2013 dans le bâtiment "Les Turbulences" à Orléans, propose des expositions d'art contemporain autour de l'architecture et de la photographie. Son directeur, Abdelkader Damani, milite pour un changement de paramètre : "moins de fréquentation, plus de temps aux visiteurs".

Abdelkader Damani, le directeur du FRAC Centre Val de Loire, avec des visiteurs
Abdelkader Damani, le directeur du FRAC Centre Val de Loire, avec des visiteurs © Radio France - Anne Oger

Installé dans l'ancien bâtiment des subsistances militaires depuis 2013, et dédié particulièrement à l'architecture, Le Fonds Régional d'Art Contemporain du Centre accueille des expositions d'artistes contemporains et d'architectes chaque année. Comme les autres musées il a fermé pendant le confinement, et rouvert en juin. Avec une furieuse envie de la part de son directeur, Abdelkader Damani, profiter de cette crise pour s'interroger sur le sens de la vie : "cette épidémie nous montre qu'une oeuvre d'art est éternelle, nous non"

Au FRAC, les expositions du printemps venaient d'être installées, en mars, quand tout s'est arrêté. A la réouverture, elles ont pris un autre sens, mais se sont révélées finalement d'actualité confie Abdelkader Damani : "vous voyez on propose par exemple une exposition qui s'appelle "ailleurs ou plus loin", qui est une tentative de définir ce qu'est une vie. Eh bien on s'est dit que la fragilité environnementale, puis cette histoire de Covid, nous montre notre fragilité. Et les oeuvres peuvent nous aider à comprendre cela"

Les visiteurs demandent plus de médiations

Au FRAC, on ne comprend pas toujours le sens de toutes les oeuvres, mais d'abord "ça n'est pas si grave, l'important c'est l'émotion, comme on peut la ressentir dans la nature" dit Abdelkader Damani sur un ton qui se veut rassurant. Et puis ça tombe bien : il y a toujours un médiateur disponible pour une visite guidée. Et depuis le déconfinement, c'est une demande de nombreux visiteurs. "On a ressenti qu'ils avaient besoin de sortir physiquement, mais aussi de sortir d'une forme de silence. Donc on explique les oeuvres, mais on discute aussi beaucoup".

Ici on discute, avec des visiteurs qui parfois n'étaient jamais venus au FRAC, ça c'est un effet du confinement et du phénomène des réseaux sociaux : "nous avons été très actifs pendant le confinement, en proposant de la médiation, des oeuvres, des films. Donc on voit arriver des gens qui nous ont vraiment découverts de cette manière"

Il plaide pour une réduction des objectifs de fréquentation

Alors y a-t-il une hausse de la fréquentation au FRAC depuis la réouverture le 17 juin dernier ? Disons que ça n'est pas la principale préoccupation d'Abdelkader Damani, lui qui justement aimerait qu'on change de paramètre, grâce à cette épidémie : "moi je plaide pour une réduction drastique des objectifs de fréquentation de lieux culturels. Moins de public, mais plus de temps accordé à chaque personne. Je ne dis pas qu'il faut réduire la fréquentation du Louvre, c'est un lieu unique, magique, à part. Mais nous, les lieux de petite taille, à échelle humaine, rien ne nous empêche de prendre le temps de s'asseoir et de discuter. On pourrait passer une heure avec une personne, payer un médiateur pendant une heure juste pour cette personne. Pour qu'elle ressort nourrie de ce moment qu'elle n'aurait pas pu trouver ailleurs".

Abdelkader Damani veut que son FRAC devienne plus que jamais un lieu de débat, comme en septembre prochain, quand il accueillera les journées du matrimoine, au lieu du patrimoine.

Retrouvez les expositions, les visites, et toutes les infos pratiques sur le site du FRAC Centre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess