Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Les Eurockéennes de Belfort

La relance éco : "On sait que le public reviendra", le directeur des Eurockéennes de Belfort

Après l'annulation, les Eurockéennes de Belfort accuseront cette année un déficit de plusieurs centaines de milliers d'euros. Jean-Paul Roland, le directeur du festival fait le point.

Le directeur des Eurockéennes de Belfort Jean-Paul Roland.
Le directeur des Eurockéennes de Belfort Jean-Paul Roland. © Maxppp - Lionel Vadam

Deux mois après l'annonce de l'annulation du festival, les Eurockéennes de Belfort tournent au ralenti. Aides des collectivités, prêt garanti par l'Etat, engagement des mécènes... Jean-Paul Roland, le directeur du festival, était ce mercredi l'invité de La relance éco sur France Bleu Belfort Montbéliard. Il fait le point.

Quelle est la situation financière du festival aujourd'hui ?

"On a toujours un peu d'inquiétude, on a bénéficié d'aides avec l'activité partielle, et du soutien des collectivités locales, bien sûr mais on reste inquiet (...) on va accuser un déficit qui sera conséquent, de plusieurs centaines de milliers d'euros (entre 300.000 et 400.000 euros de pertes NDLR) et on regarde avec beaucoup d'inquiétudes la reprise du secteur Live, à quel moment les gens retourneront dans les salles".

Êtes-vous inquiets pour la suite ?

"On peut dire qu'on reste optimiste sur le fait que le public reviendra, cette émotion qu'on a dans un festival de plein air est nullement comparable, Belfortains, Montbéliardais, Alsaciens, Bourguignons voudront certainement revenir et ils nous le font sentir (...) mais ce qu'on ne sait pas, c'est comment la crise impactera durablement ou pas les mécènes qui représentent quand même environ 20% de notre budget".

"Quid des collectivités locales et de leur budget ? Tout cela crée beaucoup d'inquiétudes, c'est aussi pour ça qu'on est en train de négocier un Prêt garanti par l'Etat (d'un montant compris entre 800.000 euros et 1 million d'euros) pour au moins essayer d'assurer une édition 2021 qui serait réussie artistiquement avec le public, mais peut être un peu impactée sur le plan économique".

Les grands sponsors continuent-ils à vous suivre ?

"Nos plus grands mécènes, les banques comme le Crédit Agricole par exemple, mais aussi des hypermarchés, nous ont tout de suite signifié qu'ils étaient là dans les bons moments mais aussi dans les mauvais moments, pour nous, ça a été un moment d'émotion assez fort, alors qu'on s'interrogeait beaucoup sur la pérennité du festival".  

Le métier de producteur, c'est un métier de paris, pari météorologique pour certaines fois, mais aussi pari économique, croisons les doigts pour la suite

Et les plus petits mécènes ?

"On les a eu directement au téléphone dès le début, que ce soit des petites associations, des petites entreprises, déjà pour leur annoncer l'annulation du festival et puis savoir comment ils allaient, certains sont directement nos prestataires (...) les Eurockéennes sont dans une situation pour l'instant, où on ne peut pas faire de mécénat vis-à-vis d'eux, mais on essaye en tout cas, par des contacts, de se tenir un petit peu chaud".

"Certains sont en activité partielle, d'autres ont fait des prêts... on sait aussi que la reprise leur donnera beaucoup d'espoir, surtout ceux qui sont dans les spectacles, ils espèrent que la tournée des Zéniths reprendra au plus tôt". 

L'équipe des Eurocks est-elle toujours en chômage partiel ?

"On est une petite équipe de 9 personnes, donc effectivement le travail a ralenti, je pense à ceux qui s'occupaient de la technique, de la programmation, on va dire qu'on est grosso modo à 50% de temps de travail, on a demandé une prolongation des aides jusqu'à la fin de l'année".

"Le gouvernement a bien rappelé que les intermittents pouvaient être prolongés jusqu'en août 2021, ce qui donne une idée de l'impact de cette crise dans la durée; nous, les producteurs, les festivals, nous demandons à ce que ces aides puissent être prolongées jusqu'à la fin de l'année, parce qu'il faut préparer l'édition 2021".

Retrouvez la chronique “La relance éco” à 7h15 tous les jours sur France Bleu Belfort-Montbéliard

France Bleu Belfort Montbéliard est à vos côtés pour vous accompagner pendant la période de déconfinement. Chaque jour à 7h17, votre radio s'intéresse à une entreprise emblématique de notre région (fleuron industriel, club de sport, association, restaurant, etc.). Comment se porte-t-elle ? Quels enseignements tire-t-elle de cette pandémie de coronavirus ? Comment se projette-t-elle dans l’avenir ?

Choix de la station

À venir dansDanssecondess