Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Journée spéciale "Tous en terrasse", le 19 mai

La renaissance au cinéma de Sully-sur-Loire

Après près de sept mois de fermeture administrative, les salles obscures rouvrent leurs portes, avec, jusqu'au 9 juin, une jauge réduite à 35%. Au cinéma de Sully-sur-Loire, jusqu'à 70 spectateurs pourront assister aux séances. Revue des ultimes préparatifs avec le projectionniste.

"On a besoin de retrouver le lien et le sourire du public. Certains spectateurs réguliers sont devenus des amis", confie Jason Augusto, le projectionniste du cinéma de Sully-sur-Loire.
"On a besoin de retrouver le lien et le sourire du public. Certains spectateurs réguliers sont devenus des amis", confie Jason Augusto, le projectionniste du cinéma de Sully-sur-Loire. © Radio France - Thomas Giraudeau

"Ca fait beaucoup de bien de vous voir ici !" Le sentiment de délivrance de Jason Augusto est à la hauteur de son attente, interminable, de la réouverture des salles obscures. Nous sommes les premiers depuis fin octobre à entrer dans le cinéma de Sully-sur-Loire. Seul lui, le projectionniste, est venu ici, chaque semaine, vérifier que l'éclairage fonctionnait toujours, et faire tourner le projecteur. 

Mais dans la salle, en contrebas de sa cabine, personne dans les fauteuils rouges. "Il n'y avait plus d'affiches au mur, le chauffage était coupé", raconte-t-il. "C'était un lieu sans vie. J'ai vécu une période très difficile, d'autant plus que j'avais le sentiment qu'on ne parlait pas de nous, les projectionnistes."

J'ai sérieusement pensé à changer de métier. Ma famille est agricultrice. Alors, je me suis dit que je pouvais reprendre l'exploitation. Et puis, début mai, la communauté de communes du Val-de-Sully, gestionnaire du cinéma, m'a appelé pour me dire que ca y est, on ouvrait ! 

La fiction d'un monde sans masque

Jason Augusto met les bouchées doubles, nettoie de fond en comble la salle et placarde de nouveau les affiches d'Adieu les cons, ADN ou encore Envole-moi dans le minuscule couloir du cinéma. "Je suis très pressé de revoir les spectateurs. J'ai besoin de ce lien avec le public. Certains fidèles clients sont devenus des amis. On échange, on débat après les projections."

Le projectionniste dit vivre une renaissance. Elle se fera par paliers, avec dans un premier temps, jusqu'au 9 juin, seulement 70 places disponibles sur les 200 sièges que compte l'unique salle du cinéma de Sully-sur-Loire. Jason Augusto préfère ne pas présumer de l'affluence les premiers jours de la réouverture. Mais il estime que beaucoup d'entre nous avons besoin de notre dose de cinéma, "les gens ont besoin de sortir, de s'évader, une à deux heures, de notre monde, où quand l'on se promène dans la rue, on ne voit que des gens masqués. Au cinéma, dans les films, on en voit pas ! Cette réalité qui est aujourd'hui fiction : voir des gens sans masque. C'est une vision qui va nous donner de l'espoir quant au retour au monde normal." 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Le casse-tête de la programmation

Avec le couvre-feu à 21 heures, jusqu'au 9 juin, Jason Augusto ne pourra programmer que deux séances par jour, à 15 heures et 18 heures. "Je ne diffuserai que trois films différents chaque semaine", calcule-t-il, alors que 30 longs-métrages vont sortir, pour la première semaine de réouverture des cinémas. Un véritable casse-tête, et des choix difficiles à faire. 

Pour les premiers jours, il a choisi de programmer le dessin-animé Petit Vampire, de Joann Sfar, la comédie 30 jours max, de Tarek Boudali, et l'Oscar du meilleur film étranger, Drunk, de Thomas Vinterberg. Le long-métrage multirécompensé aux Césars d'Albert Dupontel, Adieu les cons, sera diffusé début juin. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess