Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

La résurrection des jardins du chemin de fer à Tours

dimanche 14 avril 2019 à 7:03 Par Denis Guey, France Bleu Touraine

Les cheminots tourangeaux ont longtemps cultivé des jardins familiaux sans contrainte le long du Cher. Après avoir failli disparaître, ces jardins sont aujourd'hui remembrés, redistribués, et ils vont bénéficier de cabanes construites par des architectes-paysagistes.

L'une des cabanes artistiques du jardin du chemin de fer en cours de construction au pied des tours des Rives du Cher
L'une des cabanes artistiques du jardin du chemin de fer en cours de construction au pied des tours des Rives du Cher © Radio France - Denis Guey

Indre et Loire

Les derniers jardins-cheminots à Tours font peau neuve. Sauvés de la destruction en 2011, ces jardins familiaux situés rue du chemin de fer sur l'ancienne ligne Tours- Montluçon, ont été redessinés et partagés entre les jardiniers et les anciens abris de jardin ont été démolis et remplacés par des cabanes collectives imaginées par une agence d'architectes et de paysagistes, l'agence Quand Même. Le tout financé par la Fondation de France et la ville de Tours, un projet original qui redonne vie à ce petit "poumon vert" du quartier Febvotte.

Ces jardins cheminots existent depuis 1948, coincés entre les HLM des Rives du Cher, la voie ferrée et le quartier Febvotte. Gérard Davin, le président de l'association des jardiniers, se rappelle du temps où ils étaient gérés à la bonne franquette.

On faisait rentrer un jardinier dans notre univers par relation, on donnait un petit bout de terrain et voilà, c'était ce qu'on peut appeler une joyeuse anarchie -Gérard Davin, actuel président de l'association des jardiniers

Une joyeuse anarchie qui prend fin en 2011 quand les jardins sont sauvés in-extremis de la destruction. La ville veut lancer sur place un programme immobilier et c'est grâce à la mobilisation d'habitants du quartier et du collectif Jardins Saint Lazare que ce projet immobilier va être abandonné. Aujourd'hui, avec le financement de la mairie de Tours et de la Fondation de France, on va refaire des abris de jardins neufs en faisant appel à une agence d'architectes, l'atelier Quand Même.

On va faire des plus grandes cabanes, 5 au total, et elles sont collectives. Elles seront réparties entre les jardiniers à raison d'une cabane pour deux ou cinq jardiniers. Il y en aura même une qui sera attribuée à dix jardiniers -Jam Bouquard, paysagiste

Ces cabanes sont en cours de construction, elles sont en bois et métal. L'idée est que les jardiniers se les approprient.

Il ne vont certainement pas dessiner des tags ou des fresques dessus, mais ils vont certainement faire évoluer les matières, les couleurs, en fonction des éléments de récupération qu'ils vont amener sur place

Ces nouveaux abris de jardins imaginés par l'agence d'architecte Quand Même commanditée par des habitants du quartier Febvotte n'ont donc rien à voir avec les petits abris de jardin construits avec des matériaux de récupération par les jardiniers du site. Leur inauguration aura lieu le samedi 8 juin lors d'une journée pique-nique.